Social selling: 4 étapes pour bien prospecter sur les réseaux sociaux

Social selling: 4 étapes pour bien prospecter sur les réseaux sociaux
© pinonepantone – stock.adobe.com

Internet et les réseaux sociaux ont profondément modifié les comportements des consommateurs, chamboulant les méthodes de prospection commerciale traditionnelles jugées trop intrusives par les consommateurs. Le guide Digital marketing 2018 de l’EBG vous donnent les clés du social selling.

Internet et les réseaux sociaux ont entraîné un changement de paradigme en transférant le pouvoir du commercial au client. Désormais, 70 % des achats sont réalisés sans même l’intervention d’un vendeur et, en BtoB, 60 % de la décision d’achat du consommateur est prise avant de rencontrer un commercial.

Le consommateur préfère désormais rechercher lui-même l’information sur internet plutôt que de se la voir imposer via des actions de prospection agressives qu’il n’a pas demandées. Ce changement de paradigme soulève deux enjeux pour votre entreprise.

La personnali-sation est la clé de la réussite.

D’abord, votre entreprise doit être visible sur Internet pour avoir une chance d’attirer l’attention du consommateur et le convaincre de mettre la main au portefeuille. Ensuite, vos commerciaux doivent revoir leurs méthodes pour séduire un consommateur toujours plus sauvage et sur-sollicité.

Ils ne peuvent plus se contenter de décrocher leur téléphone et réaliser des présentations commerciales pour atteindre leurs objectifs. Désormais, vos consommateurs en savent au moins autant que vos commerciauxsur vos produits et services. Ils ont épluché votre site internet. Ils ne souhaitent pas que vous rabâchiez ce qu’ils ont déjà lu, mais ont plutôt désormais besoin d’être rassurés et convaincus que votre entreprise est bien la meilleure pour les aider à atteindre leurs objectifs ou résoudre leurs problématiques.

La personnalisation est donc la clé de la réussite. Pour prospecter avec succès, vous devez désormais mener des actions visant à établir une relation de qualité avec vos consommateurs bien avant qu’ils aient même conscience d’avoir un besoin. Ensuite, vous devez entretenir cette relation en adaptant vos actions tout au long de leur processus d’achat.

Le processus d’achat : un parcours en 3 temps

Pour prospecter efficacement sur les réseaux sociaux et sur le Web en général, il est important d’appréhender le parcours d’achat de vos consommateurs dans son intégralité. Le parcours d’achat du consommateur se compose de 3 étapes-clés : la prise de conscience d’une problématique, l’analyse des solutions et la prise de décision.

Les 3 étapes du processus d’achat : prise de conscience d’une problématique, analyse des solutions et prise de décision.

Durant l’étape de la prise de conscience, l’acheteur identifie une problématique à laquelle il est confronté. Il décide alors si cette problématique est suffisamment importante pour être résolue ou si elle ne l’est pas suffisamment pour être traitée.

Lors de l’étape suivante, l’acheteur est convaincu qu’il doit résoudre la problématique qu’il rencontre et analyse les solutions qui se présentent à lui. Il compare les méthodes et évalue les offres à sa disposition. Bien souvent, ces deux étapes sont réalisées avant de rencontrer un commercial.

Smart In-feed Native Ad icon

Pour cet acteur européen de la vente événementielle en ligne, il faut être certain que les consommateurs puissent passer leurs commandes quand et où ils le veulent: Showroomprivé utilise le réseau de distribution de contenu (CDN) de Limelight afin d’offrir une expérience en ligne sans faille.

Télécharger ce livre blanc

Pour finir, au moment d’attaquer la troisième étape du parcours d’achat, l’acheteur a déjà retenu le type de solution qu’il juge le plus pertinent. Il a sélectionné quelques offres dans ce sens qu’il compare afin de décider laquelle répond au mieux à ses attentes.

Dans le cadre d’une stratégie de prospection traditionnelle, vos commerciaux ne prennent pas en compte les particularités de ce parcours d’achat et ils abordent les prospects toujours de la même manière. Désormais, avec les réseaux sociaux, vous pouvez optimiser votre stratégie de prospection en privilégiant les prospects les plus chauds et en personnalisant chacune de vos actions. C’est là tout l’intérêt du social selling.

Les 4 étapes de la prospection sur les réseaux sociaux

Pour prospecter efficacement sur les réseaux sociaux, il ne suffit pas de créer un compte sur LinkedIn et d’ajouter le maximum de contacts à votre réseau. La clé du succès réside dans votre capacité à définir et mettre en place une stratégie social selling pertinente.

  • Étape #1 : l’optimisation de vos réseaux sociaux

Cela peut paraître naturel, mais on constate bien souvent en entreprise que des commerciaux essaient de prospecter sur les réseaux sociaux avec un profil vide… Sans intérêt ! La première chose à faire pour prospecter efficacement sur les réseaux sociaux est d’optimiser vos profils.

Pour cela, prenez la peine d’ajouter des photos à votre profil. On parle ici d’abord de la photo de profil qui doit être professionnelle et en adéquation avec les préférences de votre cible et votre image de marque. Ensuite, et elle est bien trop souvent oubliée, on parle également de la photo de couverture qui est une excellente opportunité de renforcer votre image et d’en dire un peu plus sur votre domaine d’activité. Sur un profil LinkedIn, il est ainsi courant de mettre par exemple une photo de couverture qui démontre que vous disposez d’une autorité suffisante pour intervenir en public.

Ensuite, prenez bien soin de remplir toutes les sections à votre disposition. C’est comme cela que vous vous démarquerez de vos concurrents et gagnerez en visibilité sur les réseaux sociaux :

  • Définissez un titre évocateur qui reflète bien votre métier ;
  • Remplissez la section description en incitant à la prise de contact ;
  • Détaillez vos expériences et la valeur ajoutée que vous apportez à vos clients.

Pensez également à demander à vos clients de vous recommander. Sur LinkedIn notamment, vous avez la possibilité d’afficher des recommandations et celles-ci convaincront à elles seules vos prospects de donner suite à votre sollicitation et même de vous contacter directement.

Enfin, partagez sur vos réseaux sociaux du contenu à forte valeur ajoutée traitant des problématiques que rencontre votre cible. Ce contenu peut être directement créé par vous, votre entreprise, ou alors provenir de sites faisant autorité dans votre domaine d’activité. Ainsi, votre profil sera attirant et renforcera votre image d’expert.

  • Étape #2 : l’identification des prospects

Cette deuxième étape est celle qui fait toute la différence avec une stratégie de prospection traditionnelle. Avec Internet et les réseaux sociaux, vous avez tous les outils à votre disposition pour identifier les entreprises et les contacts qui correspondent le mieux à vos profils de client idéal et à vos personas.

Vos profils de client idéal sont tout simplement les types d’entreprise avec qui vous souhaitez travailler et avec qui vous avez les meilleurs résultats. Vous pouvez identifier votre profil de client idéal via, par exemple, des critères d’effectifs, de domaines d’activité ou encore de chiffre d’affaires.

Vos personas, quant à eux, sont des personnages fictifs qui représentent le portrait type de vos meilleurs clients. Pour définir un persona, vous devez répondre aux questions suivantes : quelle est sa fonction ? Quelles sont les problématiques qu’il rencontre ? Comment se forme-t-il, s’informe-t-il ? À quoi ressemble sa journée type? Tous ces éléments vous seront utiles pour les deux étapes suivantes.

Après avoir défini vos différents profils de client idéal et personas, vous devez maintenant vous tenir à l’écoute du marché pour identifier concrètement les prospects qui, un, regroupent ces critères et deux, sont déjà engagés dans leur parcours d’achat.

Ces prospects ont par exemple déjà visité, voire même téléchargé du contenu sur votre site internet. Ils s’informent sur des blogs, posent des questions sur des forums, partagent ou aiment du contenu relatif à leurs problématiques sur les réseaux sociaux.

https://e.infogram.com/84a0a7bc-1630-43b5-9fa0-6765e38e8125?src=embed

Prenons le cas d’un tweet traitant d’un service que vous proposez, et dont un directeur commercial d’une entreprise correspondant à votre cible ferait partie des personnes ayant « aimé » le tweet. Ce responsable serait clairement un très bon prospect pour vous.

Smart In-feed Native Ad icon

Feelunique multiplie les interactions clients et augmente son taux de conversion grâce aux photos authentiques prises par ses clients

Télécharger ce livre blanc
  • Étape #3 : l’entrée en contact

Dans le cadre d’une prospection traditionnelle, vos commerciaux fournissent un maximum d’efforts pour joindre le bon contact via des appels à froid et des e-mails impersonnels. Ils tiennent toujours le même discours institutionnel et proposent un rendez-vous à leurs prospects dans le but de leur faire une présentation commerciale. En vain.

Les acheteurs n’ont pas le temps de répondre aux dizaines de sollicitations dont ils sont victimes chaque semaine et sont fatigués de devoir répondre toujours aux mêmes questions autour de leur activité et surtout de leur chiffre d’affaires. Comme nous l’avons vu précédemment, l’acheteur souhaite désormais être rassuré et convaincu que vous êtes la bonne personne pour l’aider à atteindre ses objectifs et résoudre ses problématiques.

Avec Internet et les réseaux sociaux, vous avez à votre disposition pléthore d’informations pour agir différemment et personnaliser vos actions selon le contexte de l’acheteur. Vous pouvez notamment vous appuyer sur son activité sur les réseaux sociaux, les contenus qu’il partage ou encore son actualité. Comment faire concrètement ?

Dans l’étape précédente, vous avez identifié vos profils de client idéal et les personas. Maintenant, vous devez définir pour chacun de vos personas une séquence de messages vous permettant d’entrer efficacement en contact avec eux.

Il ne s’agit pas ici d’ajouter tous les prospects identifiés à vos réseaux sociaux, mais plutôt de commencer par engager la conversation via l’envoi de messages à forte valeur ajoutée. Reprenons notre directeur commercial de l’étape précédente : il a aimé le tweet et est une cible intéressante pour votre société. En vous rendant sur son profil LinkedIn, vous remarquez qu’il a aimé un article du type « Comment communiquer sur les réseaux sociaux ». Le meilleur moyen d’entrer en contact avec lui est de lui envoyer un message lui proposant de télécharger votre livre blanc« Comment attirer de nouveaux clients avec les réseaux sociaux ».

  • Étape #4 : la conversion du prospect en client

https://e.infogram.com/c29e6ec9-c57d-4c5e-8a38-011d30e63018?src=embed

En fonction de son retour et de l’historique de ses actions vis-à-vis de vos communications (lectures, clics, partages, réponses…), vous pourrez jauger la pertinence et la maturité de votre prospect en lui donnant tout simplement une note. On parle de lead scoring. Cet historique et cette note vont ensuite vous permettre de lui envoyer des communications ultra-personnalisées et adaptées à son évolution dans le parcours d’achat.

Le but ici est d’entretenir une relation de qualité et d’alimenter de manière quasiment automatique votre prospect dans sa réflexion d’achat pour reprendre finalement contact avec lui au meilleur moment : celui de la signature. Dans cette optique, vous pouvez coupler vos actions de social selling à une solution de marketing automation.

http://www.e-marketing.fr/Thematique/social-media-1096/breves/social-selling-etapes-bien-prospecter-reseaux-sociaux-329486.htm#2KaFJ5Pis4viLXss.97

Publicités

Les seniors de plus en plus friands des réseaux sociaux

Facebook, Twitter, Snapchat… 80% des plus de 55 ans sont connectés et 84% d’entre eux ont une préférence pour Facebook qui leur permet de combler la solitude et d’avoir des nouvelles de leurs proches.

http://rmc.bfmtv.com/emission/les-seniors-de-plus-en-plus-friands-des-reseaux-sociaux-1412346.html

Utiliser Instagram pour son entreprise

A la fois réseau social mobile et application de retouche et de partage d’images (et de vidéos), Instagram est un outil de marketing efficace pour les entreprises. Comment bien utiliser l’application pour augmenter sa visibilité auprès d’utilisateurs mobiles, mais aussi sur le web ?

Qu’est-ce qu’Instagram ?

Instagram est une application mobile (Android, iOS) de retouche et de partage d’images et de vidéos, qui comprend les fonctionnalités sociales suivantes :

  • Création d’un profil public,
  • abonnement à des comptes d’utilisateurs,
  • tags (mots-clés ou « marqueurs ») ajoutés aux photos/vidéos, géolocalisation,
  • interactions avec les contenus partagés (likes, commentaires)
  • connexion à des applications tierces (Facebook, Twitter)

L’application est la propriété de Facebook et elle est par ailleurs déclinée en version web.

Avec 300 millions d’utilisateurs actifs chaque mois depuis décembre 2014, Instagram revendique une audience plus importante que celle de Twitter.

Pour les entreprises, cette audience représente de nouvelles opportunités :

  • Référencement (visibilité sur les moteurs de recherche),
  • Atteindre une cible d’utilisateurs mobiles (marketing géolocalisé),
  • Développer sa présence sur les réseaux sociaux par le partage de contenus visuels originaux,
  • Fédérer une communauté de membres/fans : ambassadeurs de la marque, prospects.

Le réseau social se tourne donc de plus en plus vers les professionnels. Instagram propose ainsi, depuis le mois de décembre 2014, des comptes certifiés. Ces comptes, signalés par un badge bleu, seront accessibles aux personnalités publiques et aux marques. La fonctionnalité est en cours de déploiement.

Instagram s’est également engagé en faveur d’une vérification des « faux profils » sur son réseau. Une campagne de décembre 2014 a entraîné la suppression en masse de faux profils, ce qui a pu générer une baisse du nombre d’abonnés pour certains comptes. Pour Instagram, il s’agit de valoriser les vrais abonnés et leur engagement envers les marques et personnalités.

En savoir plus : Faire certifier son entreprise sur les réseaux sociaux

Créer et animer un compte Instagram

Créer et renseigner son profil Instagram

Créer un compte Instagram: cette démarche nécessite de télécharger l’application mobile Instagram sur l’App Store (iPhone/iPad) ou Google Play (Android).

  • Ouvrir l’application une fois qu’elle est installée, puis s’inscrire (nom d’utilisateur et mot de passe).

Conseils :

  • choisir un nom d’utilisateur cohérent avec l’univers de sa marque (ou simplement le nom de l’entreprise)
  • Important : les noms d’utilisateurs d’Instagram sont acquis sur la base du principe « premier arrivé, premier servi ». L’utilisation du nom de la marque par un tiers non autorisé peut constituer une violation, qui peut être signalée à Instagram.
  • Aller dans > modifier le profil
  • Ajouter une photo, une biographie (courte description), un lien vers le site web de l’entreprise.

Connecter son compte Instagram avec d’autres réseaux sociaux

Cette étape est important en vue de créer une synergie entre Instagram et les différents réseaux sociaux sur lesquels l’entreprise est présente.
Depuis l’application :

  • Options > Compte > Paramètre de partage : cet écran permet d’activer la synchronisation avec Facebook, Twitter, Flickr, Foursquare et Tumblr

En synchronisant ces services, il sera possible :

  • de multi-poster une image prise avec Instagram sur ces réseaux sociaux (avec l’application iOS, possibilité de partager sur une page Facebook d’entreprise)
  • de permettre à des abonnés/relations sur d’autres réseaux sociaux de trouver plus rapidement votre profil Instagram à travers l’option « retrouver des amis »

Il est également possible d’agréger un flux d’images Instagram sur la page Facebook de son entreprise. Certaines applications, comme Iconosquare (anciennement Statigram) et Webstagram, permettent d’appeler un flux d’images issues d’un compte Instagram, ou qui répondent à un hashtag particulier.

Ces images sont ensuite accessibles depuis un onglet de la page Facebook. Ce type d’action peut être mis en place pour valoriser sur Facebook des images postées par les utilisateurs d’un produit, par exemple.

Il est recommandé d’opter pour une solution qui offre une modération sur certaines images.

Connecter son compte Instagram avec le site web de l’entreprise

La marque ou l’entreprise peut également donner une meilleure visibilité aux images issues d’Instagram sur son propre site internet.
L’ajout de plug-ins, pour un site basé sur le CMS WordPress par exemple, simplifie l’agrégation du flux d’images. Certaines applications peuvent également générer un code html ou iframe, afin d’insérer un flux d’images dans une colonne ou une page.

A noter : Instagram propose également sur son site de générer des badges, afin de signaler à un internaute le compte officiel de l’entreprise.

Gérer plusieurs comptes Instagram

Annoncée en novembre 2015, la gestion du multi-compte est accessible depuis janvier 2016 sur Android et sur iOS.

Il s’agit de faciliter le passage d’un compte à un autre, pour les utilisateurs qui disposent de plusieurs comptes sur le réseau social. C’est le cas par exemple pour les professionnels qui ont accès à leur compte personnel ainsi qu’à celui de la marque ou de l’entreprise.

Le principe est le même que celui adopté par Twitter sur son application mobile, puisqu’il s’agit selon Instagram d’ajouter un compte depuis l’écran de gestion du profil. Une fois les comptes ajoutés, ils sont accessibles sur simple « switch », sans devoir passer par une déconnexion complète.

Cinq comptes au maximum peuvent être gérés depuis l’application mobile. Ils peuvent être ajoutés, modifiés ou supprimés depuis les paramètres de l’application (fonctions « ajouter un compte », « se déconnecter »). Les notifications sont identifiées selon le compte, avec une mention [nom du compte].

Donner de la visibilité à son compte Instagram

Communiquer autour de son profil Instagram

  • Avant toute chose, partager quelques photos originales/personnalisées sur son profil depuis l’application mobile, et s’abonner à des profils, pour inciter les utilisateurs intéressés à vous suivre (le fil d’actualités ne doit pas être vide).
  • partager ensuite son identité Instagram sur les réseaux sociaux,
  • ajouter l’URL/le nom de son profil Instagram en signature électronique de ses e-mails,
  • penser à orienter les internautes qui n’utilisent pas l’application mobile Instagram vers l’adresse web de son profil (important),
  • créer un badge Instagram et l’importer sur son blog/site : en cliquant sur ce badge, les internautes seront dirigés vers la page web correspondant au profil Instagram. La création de badge est accessible en se connectant via l’application web à l’adresse suivante : http://instagram.com/accounts/badges/

Bien utiliser les hashtags ou « marqueurs »

Les hashtags (marqueurs, mots-clés cliquables) facilitent la découverte de photos aux autres membres d’Instagram. Il sont donc particulièrement utiles pour améliorer la visibilité de ses contenus et inciter des abonnés à s’abonner à son profil.
Quelques conseils :

  • éviter d’utiliser les hashtags trop généralistes ou banals (ex : #photo),
  • identifier les hashtags utilisés par les utilisateurs ciblés : utiliser l’outil de recherche de l’application pour voir combien d’occurrences ressortent sur des hashtags d’orthographe proches.
  • noter que les marqueurs les plus courts tendent à être plus souvent les plus utilisés,
  • repérer les hashtags à la popularité croissante (trends) pour tirer parti d’un buzz par exemple,
  • diversifier les hashtags en utilisant des hashtags précis et des hashtags plus génériques.
  • utiliser également les hashtags pour trouver des utilisateurs pertinents et s’abonner à leur profil.

Limiter ou non les commentaires

Depuis septembre 2017, Instagram a déployé une nouvelle fonctionnalité permettant de limiter les commentaires à certains utilisateurs. Le réglage par défaut laisse chaque utilisateur commenter librement les photos, à condition que le compte soit public. Il est également possible de limiter les commentaires à ses abonnés, aux comptes que l’on suit ou aux deux.

Cette fonctionnalité peut se révéler intéressante dans le cadre d’un concours, par exemple, afin d’élargir sa base d’abonnés. Néanmoins, limiter les commentaires aux fans peut également être un point de blocage pour certains utilisateurs.

Les commentaires de certains profils peuvent aussi être bloqués : ce réglage est intéressant pour les entreprises dont les comptes sont régulièrement spammés.

Ces fonctionnalités sont accessibles dans paramètres > commentaires.

A noter : Instagram propose aussi des filtres pour masquer des commentaires considérés comme choquants, ou selon certains mots-clés. Une fonctionnalité intéressante pour éviter certains dérapages !

Créer un lieu, géolocaliser son entreprise

Géolocaliser une photo est une autre façon d’augmenter la visibilité des images auprès des membres d’Instagram. L’application utilise pour cela la base de données du réseau social géolocalisé Foursquare.
Si la géolocalisation d’un lieu précis (ex : adresse de l’entreprise) n’est pas possible, il est alors nécessaire de créer ce lieu sur Foursquare.

Animer le compte Instagram de son business : conseils

  • Utiliser les filtres et les fonctionnalités de retouche à bon escient avant de partager une image ou une vidéo,
  • ajouter une légende aux photos/vidéos, les géolocaliser. Taguer éventuellement des personnes apparaissant sur une image (membres d’Instagram),
  • adapter le type d’images partagées à l’objectif de communication coulisses d’un événement, images de nouveaux produits (ex : produits artisanaux, mode), vie de l’entreprise.
  • publier des séries thématiques d’images/vidéos pour créer une histoire,
  • publier des images avec du texte (ex : affiches artistiques, annonces d’un événement),
  • petits commerces : encourager les visiteurs à prendre des photos de votre lieu et à les partager sur Instagram, en utilisant le bon mot-clé. Ce type d’initiative peut donner lieu au lancement d’un jeu-concours.

Photos, vidéos, stories : quels contenus partager ?

Les photos ou les vidéos partagées sur Instagram peuvent être visibles de plusieurs façons : soit sur la page d’accueil du compte, où elles resteront visibles en permanence à moins d’une action de suppression, soit en mode « stories », c’est-à-dire visibles par les abonnés pendant une durée maximale de 24 heures. Le mode « stories » adopté par Instagram depuis août 2016 est inspiré du fonctionnement de Snapchat, et permet aussi de partager des courtes vidéos directement auprès de ses contacts.

Ce qu’il faut retenir des images postées sur la timeline 

Il peut s’agir de photos ou de vidéos , qui sont prises en direct depuis l’application ou intégrées depuis les fichiers du smartphone. Depuis août 2015, Instagram permet le partage de médias en format paysage ou portrait et ne se limite plus à un format carré.
Les médias sont partagés dans le fil d’actualité des abonnés ou selon une recherche basée sur un hashtag. Ils s’affichent aussi sur la page d’accueil du compte, sous forme d’une mosaïque de vignettes carrées.

Depuis juin 2016, Instagram applique un algorithme aux médias partagés sur sa plateforme. De la même manière que sur Facebook, cet algorithme décide d’afficher tel ou tel média auprès des abonnés.

Ce qu’il faut retenir des « Stories » : 

Il s’agit d’un format éphémère : les images sont automatiquement supprimées au bout de 24 heures. Elles sont visibles par les abonnés, mais n’apparaissent pas dans leur fil d’actualité. Cela permet de poster plusieurs contenus à la suite sans risquer de « flooder » ses abonnés. Elles sont accessibles via un bouton dédié, en haut à gauche de l’écran d’accueil. Sur l’image, partagée en format portrait, il est possible d’ajouter du texte ou des dessins.

Pour l’entreprise ou la marque, ce format permet un nouveau type de communication : raconter un événement particulier par exemple.

Ce qu’il faut retenir du live : 

Depuis le début de l’année 2017, Instagram permet de diffuser une vidéo en live auprès de ses abonnés. La diffusion passe par la même fonctionnalité que celle dédiée aux stories. La diffusion du live est signalée aux abonnés, qui peuvent interagir pendant tout le temps de la diffusion en postant des commentaires ou en « likant » la vidéo.

Une fois terminée, la vidéo peut être enregistrée sur le smartphone mais n’est plus accessible aux internautes. Les likes et les commentaires du flux vidéo ne sont pas sauvegardés.

Utiliser des outils de veille et de publication en ligne

Plusieurs outils permettent la gestion en ligne de son compte Instagram. Ils ajoutent aussi des fonctionnalités supplémentaires au réseau social. Dans sa version native (desktop ou application), Instagram limite en effet les interactions entre un compte et ses abonnés aux mentions j’aime, aux commentaires et aux abonnements.

D’autres fonctionnalités peuvent être proposées :
– Programmation des publications à certaines heures,
– Veille sur un hashtag précis,
– Relais d’images ou de vidéos postées par d’autres internautes (« repost » ou « regram »),
– Vue d’ensemble sur l’activité des abonnés, sur les mentions j’aime ou les commentaires des internautes,
– Statistiques complètes sur l’activité du compte.

Ces fonctionnalités complètent l’utilisation d’Instagram comme levier marketing pour les professionnels. Certains d’entre eux sont gratuits, et ils sont aussi accessibles pour les petites et moyennes entreprises.

Depuis août 2015, le réseau social a ouvert son interface de programmation (API) aux développeurs, afin de faciliter l’accès aux publicités au plus grand nombre d’annonceurs. Cette ouverture permet également à certains logiciels de publier sur le réseau social depuis un outil tiers. C’est le cas avec Hootsuite par exemple.

Analyser son audience sur Instagram

Analytics et insights sur Instagram

Depuis 2016, Instagram intègre des statistiques en natif sur certains comptes. Pour accéder à cette fonctionnalité, les comptes doivent être passés en profil professionnel. Plusieurs types de statistiques sont disponibles : elles portent sur le compte en lui-même (données sur les abonnés ou sur la visibilité du compte), ou sur les publications (visibilité des images et interactions). Elles sont visibles uniquement via l’application mobile.

* Statistiques liées au compte
Les insights sont accessibles en haut à gauche du profil. Elles permettent de visualiser le nombre d’abonnés et la tendance des abonnements sur les 7 jours précédents. Les impressions, la portée et les vues du profil sont également détaillées sur les 7 derniers jours.

Les données démographiques des abonnés (tranche d’âge, genre, villes et pays) sont également détaillées. En cliquant sur « suite », les habitudes des abonnés sont précisées : elles permettent de mieux connaître les heures ou les jours où leur activité est plus forte.
Enfin, les publications sont classées selon leur portée, leurs impressions ou leurs interactions sur une période de deux ans maximum. Il est ainsi possible de connaître la photo ayant eu le plus grand nombre de mentions « j’aime » sur les deux dernières années.

* Statistiques liées aux publications
Des statistiques plus détaillées liées à chaque publication sont aussi proposées, en cliquant sur « voir les statistiques » sur chaque image.
– Rappel des engagements : nombre de likes, commentaires et enregistrements de l’image,
– Actions de l’internaute : visites du profil ou abonnements,
– Portée et détail des impressions (depuis l’accueil, depuis les hashtags ou depuis le profil…).
Enfin, les insights montrent un pourcentage de découverte, c’est-à-dire le pourcentage des comptes ayant vu la publication qui ne sont pas encore abonnés.

Outils externes

Certaines applications tierces proposent déjà un accès aux statistiques du compte Instagram. Elles nécessitent d’être liées au compte analysé. Certaines sont gratuites mais peuvent être plus limitées en termes de fonctionnalités, d’autres sont payantes.

  • Iconosquare nécessite une connexion via Instagram et permet de visualiser le nombre de likes et de commentaires sur ses propres publications ainsi que sur celles de son réseau. Cette fonctionnalité est gratuite mais limitée, tandis qu’une option payante propose des statistiques plus détaillées (nouveaux abonnés, engagement, viralité…),

RGPD : Google développe des publicités qui n’utilisent pas de données personnelles

 A deux mois de l’entrée en vigueur du RGPD, Google annonce une série de changements, dont un type de publicité non-personnalisé qui n’aura pas besoin de données personnelles.

A deux mois de l’entrée en vigueur du règlement général sur la protection des données (RGPD), Google annonce quelques changements qui permettront à la firme, mais aussi aux éditeurs qui utilisent sa plateforme publicitaire pour gagner de l’argent, de se mettre en conformité.

Pour rappel, ce nouveau règlement encadre l’utilisation des données personnelles dans les Etats de l’UE. Et comme Google traite des données d’utilisateurs en Europe, la firme de Mountain View est donc tout à fait concernée.

Dans un billet de blog posté cette semaine, Google annonce des changements sur les contrats qui lient la firme avec les éditeurs de sites web et avec les annonceurs. « Aujourd’hui, nous informons les annonceurs et les partenaires éditeurs des modifications apportées à nos règles en matière d’annonces. Google exige déjà que les éditeurs et les annonceurs qui utilisent nos services de publicité obtiennent le consentement des utilisateurs finaux pour utiliser nos services, comme l’exige la législation européenne en vigueur. Cependant, le GDPR affinera davantage ces exigences », explique Carlo d’Asaro Biondo, le président des partenariats EMEA de Google.

Plus exactement, le GDRP exige que le consentement des utilisateurs (par exemple pour certains cookies) soit plus explicite et qu’il soit en opt-in mais pas en opt-out. Par défaut, l’internaute ne consent donc pas. Et via les règlements de sa plateforme, Google oblige les éditeurs de sites partenaires à recueillir les consentements de manière à ce que cela soit conforme avec le règlement européen. Pour le moment, on ne sait pas ce que cela aura comme impact sur les revenus publicitaires puisqu’obtenir le consentement de l’utilisateur sera donc un peu plus difficile.

Des publicités non-personnalisées

Pour ceux qui souhaitent afficher des publicités qui n’utilisent pas les données personnelles (ça évite un certain nombre de problèmes), Google travaille aussi sur un type de publicité à l’ancienne (ça va réjouir les adeptes du zero tracking). « Avant le mois de mai, nous lancerons une solution pour soutenir les éditeurs qui souhaitent diffuser des publicités non personnalisées », annonce Carlo d’Asaro Biondo.

On notera par ailleurs qu’en plus des publicités, le RGPD affecte aussi les utilisateurs de Google Analytics, l’outil d’analyse de trafic. Et afin de se conformer au règlement, Google va lancer de nouveaux contrôles sur Google Analytics qui permettent de gérer la rétention et la suppression des données personnelles.

Le GDRP entrera en vigueur dans un contexte particulier puisqu’alors que les acteurs du web se préparent pour être conformes, Facebook est en plein scandale Cambridge Analytica. Si le règlement était déjà en vigueur, cela aurait pu obliger Facebook à être plus transparent vis-à-vis des utilisateurs européens affectés.

 

https://www.presse-citron.net/rgpd-google-developpe-publicites-nutilisent-de-donnees-personnelles/

Voici les 4 piliers du marketing en 2018

 

Les responsables marketing doivent revoir leurs priorités pour toucher efficacement leurs cibles, explique Nicolas Finet, fondateur de Sortlist.fr, société fondée en 2014 qui propose une plateforme de mise en relation entre entreprises et agences marketing.

 

En moins de deux décennies, une poignée de start-up innovantes sont devenues des mastodontes d’envergure mondiale. En écho, des dizaines d’autres jeunes pousses sont venues secouer et changer irrémédiablement leur industrie. Le digital irrigue désormais le monde qui nous entoure. Mais, même dans un contexte de digitalisation générale, les fondamentaux du marketing restent les mêmes : être créatif, être proche du client et se remettre sans cesse en question.

Baigné dans un monde en constante réinvention, le marketer doit être capable d’identifier la vraie innovation dans l’océan déchaîné du « buzz ». Risquons-nous à identifier ce qui, concrètement, fera le marketing des prochaines années : des confirmations et quelques phénomènes émergents.

1) Le contenu : la qualité plutôt que le volume

« Content is king ». Déjà il y a une décennie, le slogan était sur toutes les lèvres. Depuis, nombre d’entre nous se sont fourvoyés dans une sorte de course à l’échalote. Pour vendre, pour se faire connaître, ils ont choisi d’inonder la toile avec des contenus produits au kilomètre. Si les études sur les stratégies marketing démontrent l’incroyable efficacité du « content marketing », celles-ci soulignent aussi la nécessité de privilégier des contenus de qualité, pertinents et ciblés. Et pour preuve, des plateformes telles que Facebook et Google cherchent par tous les moyens à privilégier, via leurs algorithmes, des contenus qualifiés au détriment de contenus « industrialisés » à outrance.

Une réalité qui concerne tant un marketing ou une communication éditorialisée que la publicité ; comme l’expliquait récemment Marc Pritchard, chief brand officer de Procter & Gamble, dans une interview. En 2018, « Quality content is king » !

2) Personnaliser ou mourir

Qui parmi vous n’a jamais clamé l’intérêt de développer une stratégie marketing one-to-one, une personnalisation de toutes les actions auprès de sa direction ? Désormais, il n’est plus temps de convaincre, il est urgent d’agir. Comme le montre une étude d’Accenture, ignorer cette réalité vous sera fatal. Ainsi, en 2016, les entreprises n’ayant pas encore franchi le pas auraient perdu quelque 756 milliards de dollars. Pire, 43 % de leur clientèle serait même partie à la concurrence. De quoi réfléchir, surtout quand on sait à quel point recruter un nouveau client coûte plus cher que d’en conserver un.

Pourquoi refuser ou retarder ce changement alors même que les technologies de martech offrent d’ores et déjà d’incroyables opportunités de personnalisation. Il est désormais possible de personnaliser, en temps réel, la « homepage » de votre site en fonction du profil de l’internaute qui le consulte et des produits et services que vous voulez pousser. Imaginez l’impact que cela a en termes d’acquisition, de transformation et de rétention.

3) Opter pour un marketing d’influence plus incarné

Selon une étude récente menée par l’entreprise Linquia, 86 % des marketers s’appuient sur des influenceurs pour promouvoir leur marque ou renforcer leurs ventes. 92 % d’entre eux se disent convaincus de l’efficacité de ces campagnes et 39 % d’entre eux prévoient même d’augmenter leurs dépenses en 2018.

Des chiffres intéressants mais qui ne peuvent cacher la nécessité pour les marketers de bâtir des stratégies fondées davantage sur un réseau d’influenceurs / ambassadeurs internes. Rien de tel pour incarner une marque, une culture, un savoir-faire et des valeurs. Rien de tel non plus pour contrecarrer les faiblesses des influenceurs externes : une transparence insuffisante des méthodes déployées et la difficulté de mesurer un retour sur investissement fiable. C’est ce qu’ont bien compris, par exemple, des entreprises comme ING en Belgique ou AXA en France .

4) Le nouvel Eldorado du voice marketing ?

D’après une étude de Juniper Research, plus de 50 % des ménages américains seront équipés d’un Amazon Echo ou d’un Google Home d’ici 2022. Un marché encore en gestation en 2018, mais qui suscite un vif intérêt de la part des marketers du monde entier qui s’apprêtent à investir pas moins de 19 milliards de dollars dans les 5 prochaines années…

Bien sûr, ces innovations et ces technologies en sont encore à leurs balbutiements et loin d’avoir atteint la maturité qui leur permettra de répondre aux attentes des consommateurs. Mais, leur potentiel promet une nouvelle accélération et de nouvelles remises en question pour nos stratégies marketing à venir.

 

http://www.mindnews.fr/articles/nicolas-finet-sortlist-fr-voici-les-4-piliers-du-marketing-en-2018.9983.html

Instagram : transformez vos publicités en stories sponsorisées

Instagram annonce aujourd’hui une nouvelle possibilité pour les annonceurs. Les marques qui diffusent des publicités « classiques » sur le réseau social vont pouvoir les convertir facilement en publicités au sein des stories.

Permettre aux TPE/PME de tester les stories sponsorisées

Si les publicités sur Instagram ont rapidement été adoptées par les annonceurs, notamment grâce à centralisation du Business Manager, les publicités plein écran dans les stories peuvent paraître moins accessibles aux entreprises. Les utilisateurs ont pris l’habitude du format vertical mais c’est parfois plus difficile pour les annonceurs. L’objectif de la nouveauté du jour est clairement affiché par Instagram : convaincre les « petites entreprises et les marques aux ressources créatives limitées d’atteindre leur cible à travers la plateforme ».

Convertir sa publicité Instagram en story sponsorisée

Toutes les photos et les vidéos (jusqu’à 15 secondes) sponsorisées peuvent être converties en publicité plein écran pour les stories – même celles qui ne sont pas au format vertical 9:16. La légende est automatiquement récupérée et visible sous la photo ou la vidéo dans la story sponsorisée, comme le montre ce screenshot. L’utilisateur n’a plus qu’à swiper vers le haut pour accéder au lien paramétré.

Quelques limitations sont à citer : vous ne pouvez ni changer la taille, ni changer le style du texte, vous ne pouvez pas désactiver la légende et les hashtags et les mentions ne sont pas cliquables (pour le moment). Si votre légende est supérieure à 190 caractères ou que votre média est vertical (<1:1), la légende ne sera pas affichée. Consultez le site d’Instagram pour plus d’infos sur cette fonctionnalité.

 

https://www.blogdumoderateur.com/instagram-publicites-stories-sponsorisees/

Pinterest : Un onglet pour suivre l’activité de ses amis

 Pinterest : Following tab

Le réseau social Pinterest annonce tout juste l’arrivée d’une nouvelle fonctionnalité : un onglet pour suivre l’activité de ses amis. Plus précisément, y seront présentés les contenus épinglés par les personnes et/ou tableaux auxquels vous êtes abonnés.

Une nouveauté qui se propose donc tout simplement de partager les découvertes des personnes avec qui vous êtes en contact sur la plateforme et qui ont des goûts et centres d’intérêt similaires aux vôtres. Le déploiement progressif est prévu à partir d’aujourd’hui sur le site officiel mais aussi dans les applications mobiles iOS (version 6.46)/Android (version 6.56).

 

https://www.weblife.fr/breves/pinterest-onglet-suivre-l-activite-de-amis