Que publier sur Facebook pour toucher plus de Fans ?

Que Publier sur Facebook pour Toucher plus de Fans ?

Que publier sur Facebook pour toucher plus de fans ?

Comment augmenter votre portée sur Facebook ? 

Comment augmenter votre reach sur Facebook ?

Quels posts permettent de toucher plus de personnes sur Facebook ?

Comment communiquer sur Facebook auprès d’un plus grand nombre de personnes ?

La portée des posts sur les pages a dramatiquement diminué depuis 3 ans. Les marques et les entreprises ont donc de plus en plus de mal à toucher leur audience sans passer par la publicité sur Facebook. Pour autant, certains posts génèrent plus d’engagement, ont une meilleure portée et sont par conséquent vus par un plus grand nombre de fans sur votre page Facebook. Connaître ces règles vous permettront d’améliorer vos résultats sur Facebook.

Que publier sur Facebook pour être efficace

Pour comprendre pourquoi votre page Facebook est inefficace, il nous faut d’abord remonter aux bases des règles qui régissent l’affichage des publications sur le fil d’actualité des utilisateurs.

Depuis 2010, Facebook utilise un algorithme un temps appelé “edgerank” et désormais appelé “Newsfeed Ranking Algorithm”. Cet algorithme dicte quelles publications doivent apparaître sur le fil d’actualité des utilisateurs (le “News Feed”).

Chaque utilisateur de Facebook est en effet désormais connecté avec 150 à 500 amis, est abonné à des pages de marques (Oasis, Coca…), des pages d’information (Le Monde, Le Figaro, Buzzfeed…), reçoit les actualités de personnalités (Gad Elmaleh, Norman..). Chacune de ces entités publie quotidiennement un ou plusieurs posts quotidiennement, ce qui peut représenter au final plusieurs 1000iers de publications par jour.

C’est donc le “Newsfeed Ranking Algorithm” qui détermine si votre publication est suffisamment pertinente pour être ou non présentée dans le fil d’actualité de l’utilisateur. Cet algorithme gère donc la portée et l’audience de vos publications. En somme, ce n’est pas parce que vous avez beaucoup de fans que tous vos fans verront vos publications affichées sur leur mur.

Pourquoi mes posts Facebook ne fonctionnent pas ?

Comment fonctionne le “Newsfeed Ranking Algorithm” ?

edgerank

L’algorithme de Facebook définit quelles publications seront affichées dans le fil d’actualité de vos fans en prenant en compte :

1. Le nombre d’interactions sur la publication (nombre de j’aime, de commentaires, de partages, d’envoi du lien par email, de clicks sur les liens, de clicks sur la photo ou la vidéo…)
2. L’affinité entre le fan1 et votre page (d’où la nécessité de travailler quotidiennement votre communauté et pas seulement au moment où vous en avez besoin)
3. Le moment à laquelle la publication a été postée (peu à peu, une publication cessera d’être proposée sur le mur de vos fans)

Généralement, vous ne dépasserez pas 5% de votre base de fans pour une publication ne générant que peu d’engagement (les liens directs, les vidéos, les posts “corporate”…) et atteindrez difficilement des scores supérieurs à 10% de votre base de fan même avec des posts particulièrement viraux.

Il existe cependant des tactiques pour augmenter la portée de vos publications sur Facebook. Elles ne remplaceront cependant pas une stratégie sur les réseaux sociaux, un vrai discours de marque et une connaissance des leviers de la viralité sur Facebook

1. Augmenter l’edgerank de votre page

Facebook classe en deux grandes catégories le type de facteurs qui peuvent influer sur l’edgerank :

1. Les interactions personnelles entre le fan et les différents types de publications :

– Plus un fan aime ou interagit avec les publications d’une page (ou d’un ami), plus les publications émanant de cette source s’afficheront régulièrement sur son mur.
– Plus un fan aime un type de publication (photos, textes, vidéos) plus ces dernières lui seront proposées en priorité

2. Les interaction du réseau :

– Plus les utilisateurs en général (et a fortiori les amis de l’utilisateur) likent, partagent, commentent une publication, plus cette dernière sera affichée dans le News Feed.
– Plus le contenu sera l’objet de retours négatifs (cacher la publication, cacher la page, unlikes de la page, mise en spam…), moins la publication et les contenus de la page seront proposé aux utilisateurs.

edgerank

2. Augmenter la portée des mes posts sur Facebook

Que publier sur Facebook pour plus de Reach ? Une fois que l’on sait comment fonctionne l’edgerank, il s’agit de comprendre quelles publications fonctionnent sur Facebook et permettent d’obtenir des j’aime, des partages, des commentaires, des clics.

Les performances sur Facebook évoluent constamment. Ce qui fonctionnait en 2013 ne fonctionne plus en 2014 et 2015. Je vous ai donc laissé l’historique afin que vous puissiez constater les évolutions et en tirer vos propres conclusions.

EDIT Juin 2015 : le temps passé sur un post, au même titre que le nombre de j’aime, de commentaires, de partages, de clics, a désormais un impact sur le fait que votre publication soit diffusée auprès de vos fans ou non. Le concept de qualité sur Facebook évolue donc.

Alors que les photos étaient jusque-là le type de publication qui obtenait les meilleures performances, désormais les posts qui obtiennent le plus de portée organique sont :

1. Les vidéos (avec 8,7% de reach en moyenne)
2. Les statuts (publication d’un texte) (avec 5,8% de reach en moyenne)
3. Les liens (publication d’un lien avec insertion automatique de l’image par Facebook) (avec 5,3% de portée en moyenne)
4. Les photos (téléchargement d’une photo) (avec 3,7% de portée en moyenne)

augmenter portée facebook

L’étude confirme que les vidéos téléchargées directement depuis Facebook sont épargnées par l’algorithme.

Pour les pages avec plus de 100 000 fans, la portée des publications diminue encore mais la hiérarchie entre les types de posts obtenant la meilleure portée reste la même.

augmenter reach facebook

EDIT Février 2015 : Selon une étude de Socialbaker publiée dans Business Insider et couvrant 4445 pages de marques et 670 000 posts entre octobre 2014 et février 2015, Facebook est en train de radicalement changer sa stratégie.

EDIT Janvier 2015 : selon une étude de Simply Measured les status génèrent le plus d’engagement grâce aux commentaires qu’ils suscitent

engagement facebook

EDIT Novembre 2014 : Il semble selon Buffer que les contenus non présents dans l’Open Graph (donc des vidéos, liens ou photos jamais publiés auparavant sur Facebook) remonte plus souvent dans le fil d’actualité des utilisateurs.

EDIT Septembre 2014 : Facebook a annoncé donner une plus grande place aux posts générant un fort taux d’engagement plus rapidement afin de détecter les sujets tendance. Selon la répartition du nombre de j’aime, commentaires, partages dans la journée (beaucoup d’engagement immédiatement, moins deux heures après ou une répartition sans pic durant toute une semaine par exemple), vos publications auront plus de chance d’être mises en avant “sur le moment” pour coller à une actualité ou un évènement (un match de football, une émission de télévision) ou de refaire surface de temps en temps (si au contraire la publication n’est pas fortement liée au moment de la journée comme par exemple une photo de vacances). Il est donc possible de jouer sur ces tendances pour apparaître en haut du News Feed des utilisateurs en surfant sur un évènement particulier.

EDIT Août 2014 : Facebook vient de faire évoluer son algorithme pour pénaliser les techniques de clickbait (titres et photos racoleurs menant vers un contenu de piètre qualité) et réduit également la portée des photos + texte et lien par rapport aux partages de lien (avec photo) pour éviter les photos ultra-engageantes sans rapport avec le contenu proposé dans le lien.

EDIT : Facebook accorde organiquement plus de portée aux vidéos téléchargées directement sur Facebook qu’aux liens de vidéo Youtube, Dailymotion ou Vimeo afin d’encourager les marques et entreprises à poster du contenu uniquement sur Facebook.

EDIT Juin 2014 : Facebook vient d’annoncer un ajustement dans les publications mises en avantdans le News Feed pour faire apparaître plus de vidéos. Donc à tester si vous souhaitez profiter de ce bonus naturel. Les personnes qui auront tendance à regarder volontiers des vidéos auront plus de publications dans ce format dans leur fil d’actualité.

Sur mes pages Facebook, sur des pages allant de  10 000 à 400 000 fans, j’ai observé en 2014 de bien meilleurs résultats sur les photos. Les liens vers de bonnes actualités reviennent en force comme annoncé. Un bon lien avec une photo uploadée sexy au lieu de la photo par défaut peut drainer du trafic. Enfin, je reteste les vidéos que j’avais abandonnées fin 2013.

EDIT Mars 2014 : il semblerait qu’après avoir bien souffert en 2013, les vidéos reviendraient à l’honneur et génèreraient un nombre important d’interaction.

Selon une étude Socialbakers sur près de 30 000 pages, en mars 2014, pour obtenir plus d’engagement sur Facebook, privilégiez :

1. Les photos
2. Les liens
3. Les albums photos
4. Les vidéos
5. Les statuts

Les offres et les sondages ne sont pas mentionnés dans l’étude.

meilleures publications facebook

Selon SocialBakers, pour obtenir plus de portée et toucher plus de personnes, choisir en priorité :

1. Les statuts
2. Les vidéos
3. Les photos
4. Les liens

baisse du reach

EDIT Janvier 2014 : Facebook vient d’annoncer que les statuts (texte seul) provenant des amis auront plus de place dans le News Feed. En revanche, les statuts provenant des pages fan vont eux se faire plus rares. Il faut donc s’attendre à une forte baisse du reach sur ces types de contenus.

EDIT Décembre 2013 : Facebook vient de mettre à jour son algorithme et donne une plus grande place aux contenus avec liens menant vers des actualités de “haute qualité” “notamment sur mobile” et compte au contraire donner moins d’importance aux “memes”, ces photos et vidéos virales qui récoltent beaucoup de likes. Le post de liens (avec sa photo automatiquement chargée par Facebook) vont donc revenir en force alors qu’ils étaient devenu le parent pauvre des publications Facebook.

Consultez l’article pour être au fait des toutes dernières évolutions de l’edgerank

Pour améliorer l’impact de vos publications Facebook, consultez notre article sur Comment contourner le edgerank

Si vous souhaitez être accompagné pour améliorer votre visibilité sur Facebook, réservez votre entretien de découverte.

extrait http://www.webmarketing-conseil.fr

Publicités

Comment bien référencer une page Facebook sur Google ?

Comment bien référencer une page Facebook sur Google ?

Seulement, ces publications ne seront jamais diffusées à tous vos abonnés. Sur Facebook, depuis quelques années maintenant, seules les publications les plus intéressantes et pertinentes sont affichées sur le News Feed des utilisateurs.

Il ne suffit donc plus de poster pour être vu. Désormais chaque utilisateur dispose d’un réseau de 100 à 300 amis et est abonné à des 100aines de pages de marques. Le fil d’actualité est donc devenu un champs de bataille sur lequel vous devez vous positionner pour gagner votre place.

Seules les meilleures publications se retrouvent propulsées dans le fil d’actualité en suivant un algorithme appelé edgerank, lequel prend en compte des centaines d’indicateurs dont le buzz autour de votre publication (est-ce que la publication reçoit beaucoup de likes, de commentaires, de partages, de clics ?) et la proximité entre le fan et la page (est-ce qu’il interagit de manière régulière avec la page et ses publications ?).

Par ailleurs, les meilleures publications sont plus souvent partagées et permettent de gagner de la visibilité plus loin que le cercle de vos abonnés en passant de mur en mur.

Pour connaître tous les critères de l’edgerank
Pour contourner l’edgerank et mieux positionner vos publications

Facebook est clair : “Vous devez vous focaliser sur l’acquisition de fans pertinents vers votre page et donner à vos fans des raisons d’interagir de manière régulière avec vos contenus”. L’indice de pertinence de votre page (entre nombre de fan, taux d’engagement sur les publications et capacité virales de la page) a donc des répercussions sur votre référencement sur Facebook.

1. Donc pour être trouvé à travers le News Feed, donc apparaître sur le fil d’actualité des fans, Facebook préconise (attention c’est révolutionnaire) de créer du contenu pertinent et de haute qualité. Le News Feed privilégie en effet les publications avec un fort taux d’engagement.

2. Pour être sûr que vos posts incitent à interagir, trouvez des angles d’attaque incitant à commenter, étonnez, utilisez des texte courts et incisifs et des images de qualité avec une résonance émotionnelle (choquer, émouvoir, inspirer sont les leviers principaux pour générer de l’engagement) afin de donner envie de cliquer. Donc on évite le dernier communiqué de presse sous Pdf.

Consultez le tutoriel pour apprendre à mieux publier sur Facebook
Consultez le tutoriel pour gagner en viralité sur Facebook

Vos publications et vos contenus se retrouveront également dans les résultats du Graph Search (à nouveau mettez vous en Anglais US pour la dernière version du moteur de recherche de Facebook) :

moteur de recherche facebook

graph search

Vous pourrez trouver des relais de croissance grâce à la qualité de vos contenus :

visibilité facebook

4. Améliorer sa visibilité sur Facebook

A mesure que vous améliorez votre présence sur Facebook, exactement comme vous le feriez pour référencer votre site sur Google, faites le suivi de vos sources de trafic.

L’outil d’analyse statistique de Facebook – les Page Insights – permet de voir de manière précise :

– D’où vient le trafic sur votre page
– Où sont visualisées vos publications
– Quelles sont les publications qui génèrent le plus d’engagement
– Quelles publications plaisent sur votre page : photos, vidéos, texte ?

Ainsi que des statistiques chiffrées sur les visites de votre page, le trafic, le nombre d’impressions de vos publications. Autant d’éléments pour juger de l’impact de vos actions.

statistiques pages facebook

Optimisez vos posts au fur et à mesure que vous comprenez ce qui fonctionne et a du sens auprès de vos clients. C’est à cette condition que votre audience et le nombre de vos abonnés grimperont.

5. Comment être trouvé dans le moteur de recherche Facebook

Maintenant il s’agit de décrypter ce que nous dit Facebook. Par “être trouvé sur Facebook”, Facebook entend être vu sur ses 3 moteurs de recherche :

– Le News Feed en tant que “moteur de découverte de contenu”
– Le Graph Search, en tant que moteur de recherche social d’informations sur les personnes et les pages.
– Le Nearby moteur de recherche de proximité et Place, l’annuaire de Facebook, censés vous faire découvrir des lieux visités et notés par vos amis et Place Tips, pour les lieux d’intérêt à proximité.

La couche “sociale” est primordiale dans tous les résultats de recherche Facebook. Les résultats différeront d’un utilisateur à l’autre car la pertinence des informations en fonction de vos amis impacte le classement.

Ainsi, une page pertinente sur le terme “jeu vidéo” pour un utilisateur sera en 2e position si une page française est “likée” par 2 ou 3 de vos amis proches. Même impact sur les informations géolocalisées qui doivent être pertinentes “pour vous” et non “globalement pertinentes”.

Conclusion : il vous faut réunir une masse critique de fans et obtenir des bons taux d’interaction pour être bien positionné. Par conséquent :

1. Pour être vu sur le “News Feed” : se concentrer sur la qualité des publication, leur fréquence et le taux d’engagement

2. Pour être vu sur le “Graph Search” : donner du contenu à indexer à Facebook. Outre les publications du mur, il s’agit d’entrer mécaniquement dans chaque case toutes les informations pouvant vous permettre de remonter dans les résultats sur des mots-clés pertinents pour vous.

Tout cela rappelle beaucoup le début des stratégies de référencement sur les moteurs de recherche. Il suffisait alors truffer de mots-clé votre site pour être positionné. Facebook search optimization (FSO) ? Graph search optimization (GSO) ? Si Facebook venait à perdurer et devenait un vrai carrefour de recherche et de découverte de contenus, sans doute assisterons-nous à de nouvelles disciplines parallèles au SEO traditionnel.

3. Pour être visible sur le “Nearby”, sur “Places” et dans “Place Tips” : profitez de tous les outils mis en place par Facebook pour géolocaliser vos données : lieu de votre commerce, check-ins. Amenez les internautes à partager leur avis, leurs notes, leurs photos et leurs commentaires sur votre marque et vos magasins. Incitez vos clients à produire et partager du contenu autour de votre marque. Publiez régulièrement des posts sur votre page et animez votre business avec des évènements réguliers.

Vous avez maintenant toutes les clés pour être trouvé sur Facebook. Et si vous souhaitez savoir comment ne PAS être trouvé sur Facebook, voici un article pour sécuriser votre compte.

6. Le référencement payant sur Facebook

Nous allions l’oublier : comme le programme Google Adwords, qui permet d’être référencé sur Google en payant (et ainsi éviter tout le travail sur la qualité qui permet à un site ou un blog d’être référencé de manière naturelle pour apparaître dans les résultats de recherche), vous pouvez gagner votre place dans le News Feed des utilisateurs de Facebook en passant par les Facebook Ads

objectifs de vos publicités facebook

7. Le référencement local payant sur Facebook

Facebook teste en ce moment des annonces locales pour promouvoir votre magasin ou restaurant sur le mobile des utilisateurs de Facebook lorsqu’ils entrent dans le rayon de votre commerce.

Ce qui signifie que vous pourrez bientôt envoyer des publicités pour votre nouvelle pizza ou votre nouvelle ligne de vêtements uniquement aux personnes passant près de votre magasin.

annonce locale

extrait http://www.webmarketing-conseil.fr/comment-etre-trouve-sur-facebook/

Comment optimiser le référencement de sa Page Facebook dans Google

Referencement-Google-Page-Facebook.png

Quand on souhaite augmenter les visites de sa page Facebook, on pense souvent aux publications de sa page et potentiellement à faire de la publicité sur son contenu ou sa page. Même s’il est évident que proposer du contenu de qualité régulièrement est la meilleure manière d’obtenir plus de fans, il ne faut pas négliger plusieurs actions toutes simple qui amélioreront et optimiseront le référencement de votre page Facebook.

Une infographie simple et efficace réalisée par HigherVisibility nous rappelle les actions à effectuer pour optimiser son référencement sur Facebook. Je voue propose de voir ensemble chacune de ces astuces :

1. Créer un “Vanity URL” pour votre page Facebook

Au royaume du référencement l’URL est reine ! Quand vous créez une page Facebook, celle ci ne possède pas d’URL dédiée avec un nom, mais simplement une série de chiffres. Vous avez la possibilité de customiser votre URL à partir de 25 fans sur votre page Facebook. Vous pouvez ensuite aller dans À Propos, et modifier le nom de compte. Cela s’appelle communément le “vanity URL”.

2. Choisir un nom de page simple et efficace

On voit malheureusement trop de page avec un titre à rallonge. Cela comporte le double effet négatif de limiter les possibilités pour d’autres utilisateurs de tagger la page sur une publication (car le titre est trop long), et de décourager les personnes visitant votre page pour la première fois et désirant comprendre qui vous êtes.

3. Indiquez clairement qui vous êtes et vos activité dans votre description

Autre élément important pour comprendre qui vous êtes, la description de votre page Facebook est un élément à ne pas négliger ! D’un point de vue référencement, cela sera également le début de ce texte qui apparaitra dans les résultats de recherche de Google et donnera envie aux utilisateurs de cliquer (ou non) sur votre lien.

Les éléments d’une page Facebook n’ayant pas d’influence sur le référencement

Dans l’algorithme de Google, plusieurs éléments d’une page Facebook ne sont pas pris en compte dans le classement des résultats. C’est le cas pour le nombre de likes ou l’engagement de la page. Evidemment cela est positif pour vous d’avoir un grand nombre de likes, mais cela n’aura simplement pas d’effet direct sur le positionnement de votre page dans Google.

e-commerce-facebok-optimization

extrait http://www.pme-web.com/

Les aides à la rénovation énergétique en 2017

Les aides à la rénovation en 2017

Découvrez six aides accessibles en 2017 pour le financement de vos travaux de rénovation énergétique.

Le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE)

Le CITE vous permet de bénéficier d’un crédit d’impôt de 30% du montant des dépenses éligibles. En cas d’excédent et pour les personnes non imposables, le montant sera remboursé. Le plafond éligible des dépenses s’élève, par période de 5 années consécutives, à 8 000 € pour une personne seule et à 16.000 € pour un couple marié ou pacsé soumis à imposition commune. Il existe une majoration de 400 € par personne à charge (enfant ou adulte).

Sont concernés : les propriétaires occupants, les locataires et occupants à titre gratuit.

Le logement doit être une résidence principale achevée depuis plus de 2 ans.

La Prime Energie

La Prime Energie ou prime CEE (Certificat d’Economie d’Energie) est une aide dont le montant est proportionnel aux économies d’énergie réalisées grâce aux travaux. Le montant varie également en fonction de la nature des travaux et de la location géographique du logement.

Sont concernés : les propriétaires comme les locataires, résidences principales et secondaires.

Les travaux doivent être réalisés dans un logement de plus de 2 ans et respecter les exigences de performance énergétique.

Le montant peut être bonifié dans le cadre de la Prime Energie Plus accessible aux ménages en situation de précarité énergétique.

L’éco-prêt à taux zéro

L’éco-PTZ est un prêt à taux d’intérêt nul et accessible sans condition de ressource. Le montant maximal par logement s’échelonne de 20 000 € à 30 000 € selon le type de rénovation envisagé.

Sont concernés : les propriétaires occupants ou bailleurs.

Le prêt recouvre plusieurs possibilités : « bouquet de travaux », travaux de « performance énergétique globale » et « assainissement non collectif ». Il peut financer les actions correspondant à la liste des travaux éligibles au CITE.

Demande de prêtCes travaux doivent être effectués dans un logement déclaré comme résidence principale, maison ou appartement, achevé avant le 1er janvier 1990.

Notez que l’éco-PTZ est désormais cumulable avec le CITE.

La TVA à taux réduit

Le taux applicable diffère en fonction de la nature des travaux. Le taux réduit à 5,5%s’applique sur les travaux d’amélioration de la qualité énergétique des locaux, achevés depuis plus de deux ans et sur les travaux induits. La liste détaillée des équipements et prestations éligibles est consultable ici.

Sont concernés : les propriétaires occupants, bailleurs ou syndicats de propriétaires, les locataires et occupants à titre gratuit, résidences principales ou secondaires.

Le programme « Habiter Mieux » de l’Anah

L’Anah propose une aide de 35% à 50% sur les dépenses liées aux travaux d’amélioration, avec un montant plafonné de 20 000 € (pour les travaux d’amélioration) à 50 000 € (pour les travaux lourds de réhabilitation). « Habiter Mieux » propose également une prime complémentaire pour les travaux permettant un gain de consommation énergétique d’au moins 25% et vous guide dans l’éventuelle obtention d’une aide locale.

Sont concernés : les propriétaires occupants en deçà d’un certain revenu, les propriétaires bailleurs et les syndicats de copropriété « fragiles » ou « en difficulté ».

Le logement doit avoir été achevé depuis plus de 15 ans.

Le chèque énergie

Le chèque énergie est une aide aux personnes en situation de précarité énergétique. Elle permet le paiement des factures de gaz et d’électricité, mais peut aussi financer une partie des travaux d’économie d’énergie. Il est valable un an et son montant maximal est fixé à 227 € par an.

Vous n’avez aucune démarche à entreprendre. L’administration fiscale se charge d’identifier et de fournir les foyers concernés.

INNOVATIONS ALIMENTAIRES

EXERCICE PHYSIQUE: Les neurones s’y mettent aussi

Ces psychologues Université de Californie – Santa Barbara ont conçu une expérience pour déterminer si la vision humaine (ou le cortex visuel) est plus sensible pendant l’activité physique. Une étude de plus qui vient confirmer, dans le Journal of Cognitive Neuroscience, que les avantages de l’exercice vont bien au-delà de la condition physique ou de la réduction du risque de maladie. L’exercice physique permet aussi l’amélioration du sommeil, de l’humeur, et de la fonction cognitive: ici, une courte séance d’exercice, d’intensité modérée, permet d’obtenir un meilleur traitement cérébral de l’information.

Ici, 18 participants ont pédalé sur des vélos stationnaires tout en portant un cardiofréquencemètre sans fil et un casque EEG (électroencéphalogramme). Les chercheurs ont donc pu suivre par neuro-imagerie comment de brèves séances d’exercice physique pouvaient impacter la performance cognitive et l’activité neuronale sous-jacente : Sur la bicyclette, les participants ont été invités à effectuer une tâche d’orientation à partir de stimuli représentant différentes orientations spatiales. Les tâches ont été effectuées au repos et pendant des séances d’exercice d’intensité faible à modérée.

L’exercice, même de faible intensité stimule l’activation dans le cortex visuel : l’équipe confirme en effet que l’exercice, même de faible intensité stimule l’activation dans le cortex visuel, la partie du cortex cérébral qui joue un rôle important dans le traitement de l’information visuelle : l’activation accrue ou l’excitation des neurones modifie la façon dont l’information est représentée, et l’analyse des données devient beaucoup plus sélective, expliquent les auteurs.

La réponse est améliorée lors de l’exercice de faible intensité par rapport au repos et à l’exercice d’intensité élevée. Les neurones s’avèrent en effet plus sensibles aux stimuli pendant l’exercice de faible intensité vs aux autres conditions. Les chercheurs suggèrent que cette performance cognitive ici visuo-spatiale serait liée à des neurotransmetteurs spécifiques qui augmentent l’excitabilité corticale globale. Plus largement, les chercheurs rappellent l’importance de l’exercice : une brève séance d’exercice permet d’obtenir un meilleur traitement cérébral de l’information.

Source: Journal of Cognitive Neuroscience Nov, 2016 doi:10.1162/jocn_a_01082 Acute Exercise Modulates Feature-selective Responses in Human Cortex

 

Marketing : le retour gagnant des valeurs de proximité

Big Data, digitalisation, communication de masse… On aurait pu croire que la proximité avec le client était devenue une valeur désuète. Mais au contraire, elle revient au cœur des stratégies de relation client, car elle est plus que jamais une demande des consommateurs, qui y voient un gage de qualité de service et d’authenticité de la relation client…

LA PROXIMITÉ : UNE VALEUR SÛRE

La proximité est sans conteste de retour dans les stratégies marketing. Et pour cause : il s’agit d’une attente forte des clients. Car qui dit proximité, dit qualité et personnalisation de la relation, mais aussi relation de confiance. Autant d’aspects qui permettent de bâtir une relation client durable, pour aller au-delà de l’aspect purement transactionnel de la relation commerciale.

« Nous revenons au marketing du temps de mes grands-parents », résume ainsi Olivier Derrien, de Salesforce, l’un des leaders des solutions de CRM. Un temps, notamment, où les entreprises étaient proches de leurs clients, et pouvaient établir avec eux des relations individualisées. Il s’agit aujourd’hui d’un axe stratégique central pour certains, comme c’est le cas pour le réseau d’officines Pharmactiv. Comme l’explique Diane Cantan, responsable marketing services point de vente de l’enseigne : « Face à la concurrence du web et des grandes surfaces, notre stratégie passe par une différenciation de l’officine et une plus grande proximité entre le patient et son pharmacien ». Une étude de l’IFOP publiée en novembre 2016 confirme le bien-fondé de cette démarche : les clients des officines sont d’abord en attente d’échanges et de proximité – les considérations sur les promotions ou même la mise à disposition d’outils interactifs venant loin derrière.

Ces attentes ne sont pas valables que dans le secteur de la pharmacie : Marie-Paule Bayol, directrice générale adjointe d’Ipsos Loyalty, en atteste : pour construire une relation de confiance avec le consommateur, il y a « l’expérience et la satisfaction client, qui vont de pair avec une relation plus humaine et de proximité ».

UNE COMMUNICATION AU PLUS PRÈS DU TERRAIN

Ce retour aux valeurs de proximité dans la stratégie de l’entreprise doit se traduire par une communication adaptée, proche des consommateurs, qui donnera corps aux valeurs véhiculées par les annonceurs. Le site Evianchezvous.com s’est ainsi développé autour d’une communication très locale. Ce service de livraison à domicile de produits Evian présent en région parisienne s’est fait connaître grâce à des encarts publicitaires dans le métro, sur des médias digitaux locaux, et par une présence dans le tissu local – par exemple par le biais de son partenariat avec le tournoi de tennis d’Asnières.

« Cette campagne nous a permis de nous insérer dans le quotidien des consommateurs », explique Arnaud Valette, responsable e-commerce Danone Eaux France. Il ajoute : « Notre stratégie est de travailler très localement ». Après 7 ans de marketing de proximité, le site est rentable, et pèse entre 10 et 15% du marché de la livraison d’eau à domicile… Il pense désormais à son développement. Preuve que la communication locale (imprimés, catalogues, affichage, médias locaux traditionnels et digitaux) est bien un levier incontournable.

C’est en tout cas le pari qu’a fait, dès 1994, l’agence CoSpirit, leader en France de la communication locale. Il s’agit d’un domaine complexe, car pour être efficaces, les campagnes doivent être conçues sur mesure et ultra-personnalisées en fonction du client, et du terrain. « Quand nous travaillons pour des enseignes à réseaux comme Carrefour, Brico Dépôt ou Decathlon, chaque magasin est un cas particulier ».

Savoir s’adapter fait partie de notre culture entrepreneuriale puisque c’est précisément grâce à notre capacité à répondre aux besoins de communication locale les plus spécifiques que nous avons pu conquérir des parts de marché », explique Florian Grill, dirigeant et cofondateur de CoSpirit. Le leader de la communication locale applique en effet cette stratégie de proximité avec ses propres clients : son organisation géographique et organisationnelle est résolument tournée vers le terrain, avec des experts médias locaux, et une logique bottom-up qui implique les clients de CoSpirit dans une démarche de co-développement.

LA PROXIMITÉ DU 21ÈME SIÈCLE

Il est utile également de préciser qu’au 21ème siècle, la proximité ne fait pas l’impasse sur la modernité… Et n’est pas incompatible avec les NTIC, bien au contraire. Le site Evianchezvous.com en est une illustration, et Pharmactiv, qui mise sur le conseil et la proximité, n’en oublie pas non plus cette dimension digitale. « L’accélération du marché nous pousse à l’innovation, en accompagnant nos adhérents dans la modernisation et la digitalisation de leurs officines, pour un meilleur conseil », précise Diane Cantan.

Florian Grill, le président de CoSpirit, corrobore cette dynamique à travers son approche des métiers de la communication locale : « Il y a maintenant un volet digital dans toutes les stratégies de communication locales que nous construisons pour nos clients, même si ce volet digital est en réalité complémentaire et ne se substitue pas aux supports plus traditionnels ». Les outils aujourd’hui ne manquent pas : géolocalisation, campagnes SMS, bornes iBeacons – qui envoient des messages personnalisés selon l’endroit où se trouve le consommateur…

La proximité peut se jouer aussi en ligne, et notamment sur les réseaux sociaux qui deviennent lieux de rencontres et d’échanges entre les marques et les consommateurs. Lush, société de produits cosmétiques, qui dispose de 43 boutiques en France, est présente par téléphone, mail, tchat, et sur les réseaux sociaux. L’enseigne encourage les clients à les solliciter : « nous sommes ravis de pouvoir échanger avec eux, d’avoir des retours […] Et nous nous engageons à répondre à tous nos clients ! », explique Fériel Tahi, directeur communication France et Benelux de Lush. Une proximité 3.0 qui fait beaucoup pour le succès et l’image de la marque… et qui devrait s’imposer comme une des tendances fortes sur la scène marketing actuelle.

Selon une étude intitulée « Le commerce local à l’heure du consommateur connecté » réalisée par Opinionway pour le compte de Dolmen Tech, plateforme de marketing local, les Français plébiscitent l’alliance entre proximité et numérique. Ces derniers y voient un moyen de répondre à leurs exigences d’une relation plus personnalisée avec les marques ou les commerçants de leur quartier. Et pour promouvoir ce virage qui semble aujourd’hui de plus en plus incontournable, les consommateurs se déclarent toujours plus coopératifs, et certains n’hésitent pas à partager certaines données personnelles. Preuve que la confiance fait, elle aussi, un retour gagnant sur le marché.

https://www.webmarketing-com.com/2017/02/15/56254-marketing-retour-gagnant-valeurs-de-proximite

Doit-on se couper des réseaux sociaux pour améliorer ses performances au travail ?

Les réseaux sociaux se sont multipliés ces dernières années, de Facebook pour le plus connu à Linkedin pour le plus professionnel. Ces réseaux peuvent servir aussi bien pour le travail, l’entreprise et pour les salariés pour communiquer et développer des solutions internes. Cependant, l’utilisation ludique de ces réseaux sociaux est à encadrer pour ne pas générer de dérives dans le travail.

Atlantico : La productivité au travail est-elle affectée par l’utilisation des réseaux sociaux au travail ?

Xavier Camby : Cette première question ne peut avoir de réponse simple, sans prendre le risque de devenir simpliste : il existe en effet de très nombreux usages professionnels de chacun des réseaux sociaux, professionnels ou non. A titre d’exemple, sur un site comme LinkedIn ou Xing, la recherche d’informations commerciales utiles, de candidats ou d’employeurs, de financement de projets, d’innovations et d’informations est grandement simplifiée par l’utilisation diligente et structurée de ces réseaux. Des contacts naguère impossibles -ou prohibitifs en terme de temps et d’argent- s’opèrent désormais aisément, pour le bénéfice de tous.

Des communautés professionnelles s’y structurent efficacement pour partager et s’entraider. D’autres y créent des observatoires ou des laboratoires, pour cerner les tendances du futur. Certains y promeuvent gratuitement des informations ou des formations de grandes valeurs. Facebook aussi, dans une approche plus « Business to Consumer » que purement professionnel est devenu un outil indispensable à de nombreuses entreprises, pour connaître et fidéliser leurs clients, identifier les tendances, pour créer de évènements… Utiliser tous ces réseaux, à titre professionnel, est souvent indispensable et procède d’une bonne gestion de son travail. S’il semble difficile de chiffrer de façon réaliste le gain de productivité et/ou d’innovation que représentent ces fantastiques outils, en permanente évolution.

Symétriquement, on peut avoir un usage parfaitement contre-productif et non professionnel de ces mêmes réseaux, et pas seulement pour des objectifs ludiques. Le premier « piège temporel » consiste en l’ignorance du bon usage de ces outils tout neufs : il est très simple, comme partout ailleurs sur internet de se laisser aller à dériver de profils et blogs, de posts en site web… Cette navigation inexperte et sans boussole mange un temps considérablement, car nous en perdons la notion face à nos écrans (les bien nommés : ils nous cache parfois la réalité ou de celle-ci). Le second n’est pas accidentel : de façon délibérée, je peux y passer beaucoup de temps à faire autre chose que ce pourquoi je suis payé. On voit même parfois ces réseaux, austères et professionnels, se transformer en site de rencontre…

A-t-on des chiffres sur le nombre de salariés qui utilisent leurs réseaux sociaux sur le temps de travail ? Que gagnerait-on à la déconnexion? Sur le plan juridique, a-t-on seulement le droit de les utiliser pendant les horaires de travail ? Est-ce que cela peut constituer un motif de licenciement ?

Il n’existe pas à ma connaissance d’études vraiment fiables et un peu complètes sur l’usage des réseaux sociaux au bureau. Et je redoute que l’identification précise des usages non-professionnels, pendant les heures de travail, constituerait une impossible gageure, à l’heure du télétravail et de l’embarquement systématique des outils professionnels sur des smartphones, des tablettes ou des laptop privés ! Il est aussi à parier que cet impossible ne pourrait se réaliser que par la mise sous contrôle total de chaque personne (au travail et chez elle) ainsi que de l’ensemble de ses outils. Interdire l’usage des réseaux sociaux au travail serait finalement vain (comment vérifier ou contrôler une connexion en 4 G, sur votre smartphone, partagée avec votre ordinateur, sauf à installer de coûteux brouilleurs) que contreproductif et possiblement démotivant, comme l’est toute manifestation de méfiance ou de défiance d’un employeur vis-à vis de ses salariés.

http://www.atlantico.fr/decryptage/doit-on-se-couper-reseaux-sociaux-pour-ameliorer-performances-au-travail-xavier-camby-2962677.html