Dans la peau d’un internaute sur les médias sociaux

Revêtez votre tenue d’explorateur et tentez de percer les secrets du « partageur » (sharer), autrement dit de l’adepte du partage sur les médias sociaux… Quels contenus partage-t-il? Pourquoi? Sur quelles plateformes? Ce savoir, un trésor tant convoité, vous apportera richesse et prospérité pour les années à venir (enfin presque). Je serais presque tentée d’ajouter : « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. Fin. » Mais bon, personne n’est dupe. Les contes de fées, tout comme la recette pour faire lebuzz, c’est seulement dans les livres.

La bonne nouvelle : pas besoin d’être apprenti Frankenstein pour comprendre le fonctionnement d’un « partageur ». IPSOS a déjà fait le travail à notre place en menant une enquête* en avril 2013 auprès de 18 000 internautes du monde entier sur leurs comportements en ligne. Découvrez-les!

1. JE PARTAGE SUR LES MÉDIAS SOCIAUX, DONC JE SUIS?

La technologie a clairement changé nos vies (je m’inclus ici) jusqu’à devenir un mode de vie! Tel le prolongement de notre tête, Internet et les médias sociaux répondent à tout, nous relient à tout, et cela 24 h sur 24 grâce à notre téléphone. On clique, on aime et on exhibe notre vie, nos goûts, nos opinions pour capter l’attention des autres. On est sans cesse connecté, stimulé, en train d’immortaliser et de partager notre présent – ou de maudire l’absence de réseau?! Bref, le web tourne autour de l’individu.

IPSOS s’est intéressée à cette génération branchée et à ce qui la pousse à tout partager. Au cours du mois de juillet 2013, 71 % des internautes dans le monde ont partagé du contenu sur les médias sociaux. Ces chiffres varient en fonction des pays et des âges, notamment 59 % au Canada, 60 % aux États-Unis et 49 % en France.

Nous autres, internautes, diffusons tout d’abord des informations intéressantes (61 %), importantes(43 %) et humoristiques (43 %). L’enjeu identitaire domine, puisque 37 % des répondants veulent montrer à leur réseau qui ils sont vraiment et ce en quoi ils croient. La culture du pair-à-pair est également très présente dans la recommandation d’un produit, un service, un film ou un livre (30 %). Cette tendance se traduit par un engouement pour les sites d’avis tels que Trip Advisor avant un achat. Ce modèle conversationnel et de partage renforce l’implication des individus dans la société. C’est pourquoi 30 % des répondants valorisent leur soutien à une cause/organisation ou croyance (30 %), ou même leurs connaissances (26 %). On parle alors de web « persocial », à la fois personnel et social.

Parmi les « informations » partagées, la photographie est le contenu phare sur les médias sociaux (43 %). Avec la multiplication des applis sociales de photo, il devient très facile de mettre en scène des moments de sa vie en leur ajoutant de belles couleurs. Pour preuve, 350 millions de photos personnelles sont téléchargées chaque jour par les internautes sur Facebook!

2. MES CLIENTS POTENTIELS PARTAGENT SUR LES MÉDIAS SOCIAUX, DONC JE M’ENRICHIS?

Pour une entreprise qui connaît les motivations des internautes à interagir sur les médias sociaux, c’est un peu comme connaître une recette magique : plus de « j’aime », de commentaires et de partage du contenu par les gentils internautes… dans l’espoir de voir exploser sa notoriété!

Ô! Doux buzz. Cet eldorado marketing censé nous apporter gloire et succès! Dans la réalité, rares sont les entreprises qui arrivent à se démarquer de cette façon. Pas question donc d’abuser de vidéos de bébés et de chatons dans le seul but de faire parler de vous, ni d’accumuler les concours pour multiplier les admirateurs ou les suiveurs. À quoi bon s’il n’y a aucune répercussion?

Heureusement, les géants du web ont pensé à tout! Tous les utilisateurs des médias sociaux acceptent – (in)consciemment – d’abandonner leurs droits sur le contenu qu’ils sélectionnent ou partagent dans les médias sociaux. Ainsi, les publicitaires peuvent entre autres anticiper les besoins des gens au moyen de publicités ciblées, se faire connaître auprès des réseaux interreliés et acheter des billets commandités. Ne blâmons pas trop ces multinationales sociales, car il est bien agréable d’utiliser ces outils gratuitement!

Les résultats de l’étude mettent en lumière l’importance de proposer du contenu visuel – on parle de « marketing par l’image » – et humoristique, en vous demandant toujours si cela intéressera votre communauté. L’ère des médias sociaux oblige les gestionnaires de marques à développer l’aspectrelationnel avec leur communauté et à interagir avec elle sur les bonnes plateformes avec un maximum de transparence, au risque d’avoir de mauvaises surprises! C’est en remplissant ces conditions que vous créerez un bouche-à-oreille positif au sujet de votre marque et vous vous immiscerez peut-être dans le prochain contenu que partagera l’internaute avec son réseau!

* À propos de la recherche : Le rapport est basé sur le sondage en ligne d’un échantillon international de 18 150 adultes (12 420 « partageurs »), de 18 à 64 ans aux États-Unis et au Canada, et de 16 à 64 ans dans tous les autres pays. Le sondage a été réalisé entre le 2 et le 16 avril 2013.

Auteur : Philippe Lepape consultant

Depuis 35 ans dans le domaine de la communication B to B, consultant freelance accompagnement pour le marketing opérationnel et la conquête commerciale. www.philippelepape.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s