Qu’est-ce que le « Cornerstone Content » en SEO ?

La pyramide SEO - Cornerstone ContentQu’est-ce que le « Cornerstone Content » en SEO ?

Par définition, les Cornerstone Content sont les meilleurs articles (ou pages) proposés par votre blog et que vous vous devez de mettre en avant, ceux que vous désirez classer dans le top 5 des résultats de recherches. Généralement, ces articles reflètent votre image de marque, votre entreprise et sont extrêmement bien écrits. Les articles Cornerstone (ou pierre angulaire en anglais) sont considérés comme les piliers porteurs de votre blog ou de votre site et combinent plusieurs idées/sujets provenant de différents articles de votre blog.

Dans cet article spécial « Cornerstone Content », je vais vous expliquer comment rédiger ce type de contenu et comment effectuer le maillage des liens en interne de vos articles dit « basiques » à vos articles dit « importants ». Vous comprendrez alors combien les Cornerstone Content sont si importants pour le référencement de votre site ou votre blog.

 

Pourquoi les Cornerstone Content sont-ils importants pour votre référencement naturel ?

Selon la thématique de votre blog, vous vous cantonnez certainement à des sujets bien précis et si votre blog commence à prendre de l’ampleur, il ne sera pas difficile de posséder plusieurs articles traitant du même sujet. Par exemple, les blogs de mode peuvent avoir plusieurs articles traitant d’un même couturier, à l’instar d’un blog autour de WordPress qui aurait plusieurs articles traitant de plugins etc… Cependant, les moteurs de recherche – et notamment Google – pourraient quelquefois s’y perdre, tout comme vos lecteurs… Il est donc primordial d’indiquer quels sont vos articles « phares » en fournissant à Google les bonnes structures de liaison interne entre vos publications. Nous allons voir plus loin comment y parvenir…

Le cornerstone content de Yoast SEO expliqué par La Webeuse

 

Comment repérer et rédiger ses Cornerstone Content ?

En effet, l’idée n’est pas de se dire « je vais mettre tous mes articles en contenu cornerstone, comme ça s’est réglé et je serai bien référencé ! »… Et non, ça ne fonctionne pas de cette façon !

Bien au contraire ! Vous allez devoir choisir vos contenus-phares avec attention et vous poser les bonnes questions :

  • Quels sont les 5 ou 6 articles ou pages que je voudrais que l’internaute visite lorsqu’il se rend sur mon site pour la première fois ?
  • Quels sont mes meilleurs articles (ou meilleures pages), ceux qui sont les plus importants de mon blog ?
  • Quels sont les articles de mon blog qui sont les plus complets et les plus fédérateurs ?
  • Quels sont les mots-clés sur lesquels je veux me référencer en priorité ?

 

Une fois que vous aurez défini vos contenus phares, gardez à l’esprit que :

  • le contenu devra être mis à jour régulièrement.
  • les Cornerstone Content sont généralement assez longs et tout ce qui est important à propos d’un certain sujet devrait être abordé dans cet article. Attention : les articles longs sont généralement difficiles à lire, en particulier à partir d’un écran, il faudra alors les découper en plusieurs rubriques et même penser à insérer un index au début de celui-ci pour en faciliter la lecture.
  • si votre blog contient de nombreux articles, vous aurez plus de Cornerstone Content que si votre blog est tout jeune. Assurez-vous de définir un article Cornerstone dans chacune des catégories de votre site.

 

Comment organiser la structure en interne ?

Si vous comparez votre site ou votre blog à une pyramide, votre Cornerstone Content devrait se placer en haut de celle-ci en gardant à l’esprit ces principes :

  • vos articles ou pages « phares » devraient être présents et « clicables » directement depuis votre page d’accueil.
  • à ces contenus « phares », vous devrez y lier tous vos autres articles qui traitent de sujets similaires. Et vice-versa : une telle structure de liaison interne améliorera le classement de vos articles Cornerstone dans Google.
  • écrivez tous vos nouveaux articles en vous concentrant sur de nouveaux angles du sujet de votre article Cornerstone.

Par exemple, si votre blog traite de cuisine et que vous avez énormément d’articles dans la catégorie « cuisine vegan », écrivez donc un article/page phare traitant de ce type de cuisine en général et en y liant tous vos articles de recettes vegan. Vous pourrez éventuellement qualifier cet article/page de « guide ultime pour la cuisine vegan » et vous vous assurerez qu’il soit visible par tous vos visiteurs.

 

Le mini-guide du Cornerstone Content en 6 étapes :

Pour pouvoir commencer à rédiger des articles « Cornerstone » – qui devront être longs, informatifs et très bien écrits – voici les six étapes à ne pas manquer :

 

  1. Définissez vos mots-clés : vous devez déterminer les mots clés essentiels pour lesquels vous souhaitez vous référencer avec l’aide d’outils comme Google Keywords Planner par exemple. Vous devez optimisés vos contenus Cornerstone avec les mots-clés les plus compétitifs : ce sont les mots-clé dits « de tête » (ce sont les mots-clés les plus généraux, ils sont généralement composés d’un seul mot et définissent une thématique très large).
  2. Sélectionnez vos meilleurs articles : parcourez vos articles en repérant les mots-clés les plus importants. Si vous pensez que l’un de vos articles est largement au dessus des autres, il est une évidence que ce sera votre article-phare à partir de maintenant !
  3. Réécrivez cet article-phare : développez l’article-phare que vous venez de sélectionner et assurez-vous qu’il soit totalement à jour. N’oubliez pas que vous devrez réécrire et développer cet article régulièrement.
  4. Optimisez vos autres publications sur les variantes de la « long-tail » (longue traîne) : les autres articles de votre blog qui traitent de sujets similaires à celui de votre Cornerstone Content devraient être optimisés sur les variantes de la longue traîne du mot-clé de tête. Ce sont généralement des expressions composées de 4 mots et plus. Cela vous permettra de vous référencer sur certaines spécificités et viendront compléter votre mot-clé de tête.
  5. Connectez vos articles à votre contenu Cornerstone : une fois que l’article-phare est au point, vous devez connecter tous vos articles dit « de longue traîne » à celui-ci.
  6. Spécifiez à Google quels sont vos contenus Cornerstone : pour finir, vous n’oublierez pas de « dire » à Google que tel article (ou page) est bien le plus important de votre catégorie.

 

Comment indiquer à Google que votre contenu est un Cornerstone Content ?

Cornerstone Content by Yoast SEO

 

Si vous travaillez sous WordPress, vous devez certainement déjà connaître l’extension YOAST SEO. Depuis peu, ce plugin a ajouté l’option « Cornerstone Content ». Pour l’activer, c’est très simple : il suffit de cocher la case prévue à cet effet !

En conclusion…

La Pyramide SEO - Cornerstone Content

La structure d’un site web est primordiale pour le référencement. Non seulement cela aide les robots de Google à mieux vous référencer et à vous proposer dans les résultats de recherche mais, en plus, cela permet à votre lecteur de mieux naviguer dans votre site. Tout le monde y gagne !

 

https://la-webeuse.com/cornerstone-content/

Le Guide ultime des titres (Hn) sous WordPress

Les titres (ou headings) sont sans conteste l’un des outils web les plus importants et les plus méconnus. Pour la plupart des gens, ils servent juste à aérer un peu leur contenu. Il est vrai que les titres WordPress vous permettent de créer des morceaux de contenu ménageant pour vos lecteurs autant d’aérations et de petites pauses. Ils vous évitent ainsi d’avoir un contenu uniquement fait de murs de texte en une succession aride de paragraphes.

Mais ce n’est que le sommet de l’iceberg, vraiment. On peut tirer infiniment plus d’un usage adéquat des titres qu’une simple aération pour votre contenu.

balises-hn-WordPress

 

Les titres de A à Z

Les titres HTML sont signalés par des balises allant de H1 (représentant le titre primaire, au sens large, celui qui se trouve en tête de page), jusqu’au tout dernier niveau, avec le « presque-jamais-employé », j’ai nommé le H6…

Quand j’ai débuté en tant que développeur web freelance, un de mes amis m’a envoyé le squelette en CSS qui lui servait de base pour tous les sites qu’il créait. Tout en haut figurait le style pour – je vous le donne en mille – les headings 1 à 6.

h1, h2, h3, h4, h5, h6 {
font-family: "PT Sans", arial, sans-serif;
color: #000000;
}

h1 {
font-size: 34px;
font-weight: 400;
text-transform: uppercase;
margin: 40px 0px;
}

h2 {
font-size: 32px;
line-height: 35px;
}

h3 {
font-size: 24px;
line-height: 32px;
}

h4 {
font-size: 24px;
line-height: 28px;
}

h5 {
font-size: 10px;
font-weight: normal;
line-height: 16px;
}

h6 {
}

J’évoque ceci pour trois raisons essentielles :

  • Afin que vous puissiez utiliser et adapter ces styles à votre sauce
  • Afin que vous vous rendiez compte à quel point les H5 et H6 ont peu d’importance
  • Et pour que vous vous fassiez une idée de la hiérarchie globale des titres sous WordPress

Vous pouvez vous amuser avec ça et vous assurer que chacun de vos headings est aussi beau et parfait que vous le souhaitez. Mis à part ce petit « ravalement de façade » pour votre site, la chose vraiment importante va être la manière dont vous utilisez les titres.

 

H1, le Big Boss

Guide ultime des titres

Vous vous souvenez, de cette phrase qu’ils répètent tout le temps dans les films et principalement dans la série Highlander, « il ne peut en rester qu’un ! » ? Et bien c’est un peu ce dont il est question ici. Vous ne pouvez utiliser qu’un seul H1 sur chaque page ou article.

Dans l’écrasante majorité des cas, WordPress enrobe automatiquement votre titre de page ou d’article d’une balise H1, et il n’est donc pas vraiment nécessaire de s’en soucier. (La plupart des thèmes populaires, comme Divi par exemple, ne modifient pas cette fonctionnalité, mais certains thème le peuvent, donc gardez ça en tête.) En temps normal, vous n’avez tout simplement pas besoin d’ajouter vous-même le H1.

Signalons quand même qu’il y a eu pas mal de pinaillages sur ce sujet à une époque, puisque vous pouvez techniquement utiliser un nouveau H1 quand vous indiquez une nouvelle section, mais les moteurs de recherches ont tendance à ne pas prendre ça en compte et si vous avez besoin de faire appel à la même esthétique, vous pouvez toujours modifier vos H4, H5 ou H6 pour qu’ils ressemblent à votre H1.

Le choix de votre H1 repose essentiellement sur deux critères, dans cet ordre :

  1. L’expérience utilisateur
  2. Le SEO

Il va donc s’agir avant tout de donner envie à votre lecteur de lire votre article. Là, on est vraiment dans l’aspect marketing. Au-delà des quelques clés que vous connaissez sûrement, ne perdez pas de vue les points suivants : le titre H1 doit décrire assez clairement le contenu de votre article ET indiquer de manière limpide ce qu’il apportera au lecteur.

Et pour ce qui est du référencement, les mots-clés sont une bonne chose mais n’en abusez pas. Autrefois, les H1 jouaient un rôle très important dans l’algorithme Google, mais celui-ci a été revu à la baisse depuis quelques années. D’ailleurs votre H1 ne doit surtout pas se transformer en énorme « réservoir à mots-clés » – les moteurs de recherche n’apprécient pas particulièrement… Ciblez donc un ou deux mots-clés, les principaux, cela suffit amplement. Nous reviendrons plus en détail sur le SEO dans la dernière partie de cet article.

Mais ici, la règle essentielle à retenir est la suivante : ne sacrifiez pas l’expérience utilisateur au profit du SEO. Votre titre doit rester avant toutlisible et attrayant. Ne gâchez pas ces qualités sous prétexte glisser un mot-clé de plus dans votre H1… Plus d’informations à ce sujet dans notre billet sur les articles WordPress.

 

H2, l’élément moteur

Guide ultime des titres

Mes petits doigts saisissent des titres H2 à longueur de temps. C’est la balise de titre WordPress la plus utilisée, parce qu’elle est pratique et répond à de nombreux usages. Contrairement au H1, le H2 n’est pas limité en nombre, grâce à lui vous pouvez séparer votre contenu pour le rendre plus lisible. Il vous servira à distinguer les grandes parties de votre article ou de votre page. Si besoin, vous disposez de suffisamment de niveaux d’intertitres pour que le H2 vous permette de vous focaliser sur cette fonction : indiquer les points forts de votre contenu, ses sujets principaux. En un coup d’œil, les H2 permettent de comprendre comment le sujet évoqué dans le H1 est traité, par quelles étapes on va passer et comment l’article s’articule.

Donc, pas la peine à ce stade de trop vous attarder sur l’aération du contenu : si des parties sont trop longues, vous pourrez encore le subdiviser avec des H3.

Par exemple, la plupart des titres qui divisent cet article en différentes parties sont des H2. Il est donc très facile d’identifier les différences entre le titre d’un article (H1) et les titres de parties (H2). Et soyons clair : vous pouvez tout à fait vous contenter de ces deux-là pour élaborer une stratégie de titres efficace. Le H3 agira comme bonus, si besoin.

Comme je le disais… parmi les différents types de titres, le H2 est le moteur de votre article, et puisque vous commencez à vous intéresser de près aux titres WordPress, je peux d’ores et déjà vous annoncer que le H2 va devenir votre nouveau meilleur ami.

 

H3, l’acolyte

Guide ultime des titres

Si le H2 était Batman, le H3 serait Robin. Pas tout le temps indispensable, mais toujours là quand on a besoin d’un petit coup de pouce pour se tirer des situations compliquées.

D’une manière générale, vous pouvez considérer le H3 comme une simple option. Nombre de posts que j’écris n’en comportent pas un seul, mais quand j’ai besoin de détailler à fond un ou plusieurs sujets, l’emploi des titres de niveau 3 sous la ou les parties concernées m’offrent beaucoup de contrôle sur la manière dont je présente mes informations.

Regardez ça ! Les H3 permettent de faire des sous-parties.

J’ai tendance à considérer les H3 comme les listes non ordonnées ou listes à puces (UL en HTML), à cette différence près que je peux les faire suivre de plusieurs paragraphes de détails et les rendre beaucoup plus élégants et agréables à lire.

Prenez le passage que vous êtes en train de lire. Si j’avais dû inclure ceci dans une une liste non ordonnée, elle aurait eu l’air assez rebutante et farfelue. Et il ne contenait pas assez d’informations à lui seul pour faire l’objet d’un point majeur au sein de la discussion globale. J’ai donc choisi de le démarquer en le mettant sous un H3. Pas mal, non ?

 

H4 à H6, les grands oubliés

Oooh, pauvres H4, H5 et H6. Vous êtes de si bons titres qui voudriez tant être utilisés de temps en temps, mais la plupart des gens ne savent pas ou ne voient aucune raison de vous employer… Alors vous êtes oubliés par l’immense majorité des webdesigners et des auteurs.

J’entends par là que la plupart des fichiers CSS ne vous incluent même pas dans leurs styles. (et vous pouvez jeter à nouveau un coup d’œil à mon exemple ci-dessus, il y a bien un emplacement pour le H6, mais il est vide… Donc, même moi je me moque un peu de vous, pas vrai ?)

Les rédacteurs web et les spécialistes du SEO s’accordent à dire que l’usage de ces niveaux de titres est totalement facultatif. Les inclure ou non ne nuira pas à vos classements sur les moteurs de recherche – mais ça n’aidera pas non plus à les améliorer.

En fait, le seul usage vraiment intéressant qu’on peut en faire est celui que j’ai brièvement évoqué dans la partie sur le H1 : les tests et l’expérimentation autour des styles et du CSS…

 

Les titres et le SEO

Guide ultime des titres

Tout d’abord, si vous n’utilisez pas le plugin Yoast SEO, laissez-moi vous dire une chose: vous devriez ! Avec cet outil, vous tirerez le maximum de vos titres pour votre classement dans les recherches organiques.

Comme je l’ai dit plus haut, il ne s’agit pas bien sûr d’utiliser vos titres comme des bennes à mots-clés ! Évidemment, si vous voulez que les robots des moteurs de recherche analysent correctement votre site, la chose la plus intelligente à faire est d’indiquer clairement le mot-clé principal de vos pages et de vos articles dans la partie la plus évidente à scanner. Mais ce n’est pas une raison pour le mettre dans chaque titre – tout est une question de dosage. Il devrait apparaître :

  • Dans votre titre de page ou d’article (H1)
  • Dans quelques-uns de vos titres de parties (H2)

Lisez attentivement les conseils prodigués par Yoast à propos de vos titres pour voir ce qu’il attend et quel poids il donne à chaque élément.

 

Le mot-clé principal apparaît dans 1 (sur X) intertitres dans votre texte.

Guide ultime des titres - Avertissement Yoast 1

Même si un mot-clé a été utilisé au moins une fois dans un titre de partie, ce n’est pas toujours suffisant pour bien vous positionner dans les moteurs de recherche, en fonction du nombre total de vos intertitres. Yoast va vous avertir si le pourcentage de présence de votre mot-clé dans les titres est correct. Dans un tel cas, j’ajouterais probablement le mot-clé dans le dernier intertitre de l’article, afin de m’assurer que j’emploie les bonnes pratiques.

(Ici, la pastille orange a été obtenue uniquement parce que j’ai activé la case « article important », qui rend Yoast plus regardant à tous points de vue – voir cet article sur les Cornerstones pour en savoir plus.)

 

Le titre SEO est plus grand que la limite lisible.

Guide ultime des titres - Avertissement Yoast 2

La taille des titres joue elle aussi un rôle important. Vous voulez qu’ils soient visibles dans leur intégralité, pas seulement pour les robots des moteurs de recherche, mais aussi et surtout pour les humains qui feront une véritable recherche… Donc, si votre titre SEO (qui correspond généralement à votre H1) est trop long, les gens ne pourront peut-être pas le lire entièrement et risquent de passer leur chemin.

C’est pourquoi ce marqueur est orange. Ce n’est pas si grave d’avoir un titre un peu trop long, mais ce n’est pas forcément une bonne chose pour autant.

 

1 des intertitres est suivi par plus de 300 mots, ce qui est le maximum recommandé.

Guide ultime des titres - Avertissement Yoast 3

Alors, pour être franc, cet avertissement provient de l’analyse de lisibilité de Yoast et non de l’onglet SEO. Il n’empêche, c’est hyper important.

Pourquoi ? Parce que votre article (ou votre page) doit toujours rester lisible et aéré. C’est d’ailleurs pour ça qu’on trouve des memes internet à propos des murs de textes interminables. Et c’est aussi la raison pour laquelle on croise des tas de « TLDR » (Too long, didn’t read – Trop long… j’ai pas lu) dans les commentaires suite à des posts monolithiques… à tel point que ce sigle est devenu chez les anglo-saxons le point de repère en fin d’article pour proposer un résumé aux lecteurs pressés !

Sur le net, les gens ont besoin de petits blocs d’informations digestes et 300 mots est clairement la limite haute. Ça ne veut pas dire que ce contenu de trois cent mots maximum doit être simplifié à l’extrême ou nivelé par le bas, mais cela signie que vous devez pouvoir décomposer vos idées en différentes parties cohérentes et traiter ces sous-rubrique de manière individuelle… de préférence entre des titres H2 ou H3.

 

 

Oh, et une dernière chose…

Vous avez vu ce que je viens de faire dans la partie précédente ? J’ai utilisé des titres H3 pour séparer ces points afin de pouvoir parler en détail de chacun d’eux. Dans un premier temps, j’avais fait plus court, sous forme de liste à puces. Mais j’ai compris qu’il fallait que je détaille un peu plus, et j’en suis venu tout naturellement à utiliser des intertitres. Comme quoi, il n’est pas si rare que j’applique mes propres préconisations !

Mais comme indiqué plus haut, les seuls niveaux de titre obligatoires sont le H1 et le H2… Et encore, même le H2 n’est que recommandé, puisque 300 mots est considéré de nos jours comme le minimum pour que Google vous inclue dans ses classements. Mais il y a fort à parier que vous voudrez écrire un peu plus que ça.

Alors vous allez utiliser les deux. Et souvenez-vous que le H1 est ajouté automatiquement par WordPress (qui se base sur le titre que vous avez indiqué pour votre article ou votre page).

titres wordpress

 

L’usage des titres WordPress au quotidien

L’usage correct des titres devrait vous venir naturellement à mesure que vous vous perfectionnerez en création de contenu. Vous trouverez votre voie, apprivoiserez votre flux, et apprendrez comment séparer le contenu que vous écrivez en blocs d’idées. Je ne vais pas vous mentir, ça peut être un peu difficile de s’y habituer. Mais une fois que c’est acquis, vos articles vont briller, autant pour vos lecteurs que pour les robots qui les scanneront.

Tldr : Pas besoin de H1 parce que WordPress le fait pour nous, mettez des tas de H2, quelques H3 pour décomposer les parties complexes et H4 à H6 si vous voulez jouer avec les styles.

https://wpformation.com/guide-ultime-titres-wordpress/

Que publier sur Facebook pour toucher plus de Fans ?

Que Publier sur Facebook pour Toucher plus de Fans ?

Que publier sur Facebook pour toucher plus de fans ?

Comment augmenter votre portée sur Facebook ? 

Comment augmenter votre reach sur Facebook ?

Quels posts permettent de toucher plus de personnes sur Facebook ?

Comment communiquer sur Facebook auprès d’un plus grand nombre de personnes ?

La portée des posts sur les pages a dramatiquement diminué depuis 3 ans. Les marques et les entreprises ont donc de plus en plus de mal à toucher leur audience sans passer par la publicité sur Facebook. Pour autant, certains posts génèrent plus d’engagement, ont une meilleure portée et sont par conséquent vus par un plus grand nombre de fans sur votre page Facebook. Connaître ces règles vous permettront d’améliorer vos résultats sur Facebook.

Que publier sur Facebook pour être efficace

Pour comprendre pourquoi votre page Facebook est inefficace, il nous faut d’abord remonter aux bases des règles qui régissent l’affichage des publications sur le fil d’actualité des utilisateurs.

Depuis 2010, Facebook utilise un algorithme un temps appelé “edgerank” et désormais appelé “Newsfeed Ranking Algorithm”. Cet algorithme dicte quelles publications doivent apparaître sur le fil d’actualité des utilisateurs (le “News Feed”).

Chaque utilisateur de Facebook est en effet désormais connecté avec 150 à 500 amis, est abonné à des pages de marques (Oasis, Coca…), des pages d’information (Le Monde, Le Figaro, Buzzfeed…), reçoit les actualités de personnalités (Gad Elmaleh, Norman..). Chacune de ces entités publie quotidiennement un ou plusieurs posts quotidiennement, ce qui peut représenter au final plusieurs 1000iers de publications par jour.

C’est donc le “Newsfeed Ranking Algorithm” qui détermine si votre publication est suffisamment pertinente pour être ou non présentée dans le fil d’actualité de l’utilisateur. Cet algorithme gère donc la portée et l’audience de vos publications. En somme, ce n’est pas parce que vous avez beaucoup de fans que tous vos fans verront vos publications affichées sur leur mur.

Pourquoi mes posts Facebook ne fonctionnent pas ?

Comment fonctionne le “Newsfeed Ranking Algorithm” ?

edgerank

L’algorithme de Facebook définit quelles publications seront affichées dans le fil d’actualité de vos fans en prenant en compte :

1. Le nombre d’interactions sur la publication (nombre de j’aime, de commentaires, de partages, d’envoi du lien par email, de clicks sur les liens, de clicks sur la photo ou la vidéo…)
2. L’affinité entre le fan1 et votre page (d’où la nécessité de travailler quotidiennement votre communauté et pas seulement au moment où vous en avez besoin)
3. Le moment à laquelle la publication a été postée (peu à peu, une publication cessera d’être proposée sur le mur de vos fans)

Généralement, vous ne dépasserez pas 5% de votre base de fans pour une publication ne générant que peu d’engagement (les liens directs, les vidéos, les posts “corporate”…) et atteindrez difficilement des scores supérieurs à 10% de votre base de fan même avec des posts particulièrement viraux.

Il existe cependant des tactiques pour augmenter la portée de vos publications sur Facebook. Elles ne remplaceront cependant pas une stratégie sur les réseaux sociaux, un vrai discours de marque et une connaissance des leviers de la viralité sur Facebook

1. Augmenter l’edgerank de votre page

Facebook classe en deux grandes catégories le type de facteurs qui peuvent influer sur l’edgerank :

1. Les interactions personnelles entre le fan et les différents types de publications :

– Plus un fan aime ou interagit avec les publications d’une page (ou d’un ami), plus les publications émanant de cette source s’afficheront régulièrement sur son mur.
– Plus un fan aime un type de publication (photos, textes, vidéos) plus ces dernières lui seront proposées en priorité

2. Les interaction du réseau :

– Plus les utilisateurs en général (et a fortiori les amis de l’utilisateur) likent, partagent, commentent une publication, plus cette dernière sera affichée dans le News Feed.
– Plus le contenu sera l’objet de retours négatifs (cacher la publication, cacher la page, unlikes de la page, mise en spam…), moins la publication et les contenus de la page seront proposé aux utilisateurs.

edgerank

2. Augmenter la portée des mes posts sur Facebook

Que publier sur Facebook pour plus de Reach ? Une fois que l’on sait comment fonctionne l’edgerank, il s’agit de comprendre quelles publications fonctionnent sur Facebook et permettent d’obtenir des j’aime, des partages, des commentaires, des clics.

Les performances sur Facebook évoluent constamment. Ce qui fonctionnait en 2013 ne fonctionne plus en 2014 et 2015. Je vous ai donc laissé l’historique afin que vous puissiez constater les évolutions et en tirer vos propres conclusions.

EDIT Juin 2015 : le temps passé sur un post, au même titre que le nombre de j’aime, de commentaires, de partages, de clics, a désormais un impact sur le fait que votre publication soit diffusée auprès de vos fans ou non. Le concept de qualité sur Facebook évolue donc.

Alors que les photos étaient jusque-là le type de publication qui obtenait les meilleures performances, désormais les posts qui obtiennent le plus de portée organique sont :

1. Les vidéos (avec 8,7% de reach en moyenne)
2. Les statuts (publication d’un texte) (avec 5,8% de reach en moyenne)
3. Les liens (publication d’un lien avec insertion automatique de l’image par Facebook) (avec 5,3% de portée en moyenne)
4. Les photos (téléchargement d’une photo) (avec 3,7% de portée en moyenne)

augmenter portée facebook

L’étude confirme que les vidéos téléchargées directement depuis Facebook sont épargnées par l’algorithme.

Pour les pages avec plus de 100 000 fans, la portée des publications diminue encore mais la hiérarchie entre les types de posts obtenant la meilleure portée reste la même.

augmenter reach facebook

EDIT Février 2015 : Selon une étude de Socialbaker publiée dans Business Insider et couvrant 4445 pages de marques et 670 000 posts entre octobre 2014 et février 2015, Facebook est en train de radicalement changer sa stratégie.

EDIT Janvier 2015 : selon une étude de Simply Measured les status génèrent le plus d’engagement grâce aux commentaires qu’ils suscitent

engagement facebook

EDIT Novembre 2014 : Il semble selon Buffer que les contenus non présents dans l’Open Graph (donc des vidéos, liens ou photos jamais publiés auparavant sur Facebook) remonte plus souvent dans le fil d’actualité des utilisateurs.

EDIT Septembre 2014 : Facebook a annoncé donner une plus grande place aux posts générant un fort taux d’engagement plus rapidement afin de détecter les sujets tendance. Selon la répartition du nombre de j’aime, commentaires, partages dans la journée (beaucoup d’engagement immédiatement, moins deux heures après ou une répartition sans pic durant toute une semaine par exemple), vos publications auront plus de chance d’être mises en avant “sur le moment” pour coller à une actualité ou un évènement (un match de football, une émission de télévision) ou de refaire surface de temps en temps (si au contraire la publication n’est pas fortement liée au moment de la journée comme par exemple une photo de vacances). Il est donc possible de jouer sur ces tendances pour apparaître en haut du News Feed des utilisateurs en surfant sur un évènement particulier.

EDIT Août 2014 : Facebook vient de faire évoluer son algorithme pour pénaliser les techniques de clickbait (titres et photos racoleurs menant vers un contenu de piètre qualité) et réduit également la portée des photos + texte et lien par rapport aux partages de lien (avec photo) pour éviter les photos ultra-engageantes sans rapport avec le contenu proposé dans le lien.

EDIT : Facebook accorde organiquement plus de portée aux vidéos téléchargées directement sur Facebook qu’aux liens de vidéo Youtube, Dailymotion ou Vimeo afin d’encourager les marques et entreprises à poster du contenu uniquement sur Facebook.

EDIT Juin 2014 : Facebook vient d’annoncer un ajustement dans les publications mises en avantdans le News Feed pour faire apparaître plus de vidéos. Donc à tester si vous souhaitez profiter de ce bonus naturel. Les personnes qui auront tendance à regarder volontiers des vidéos auront plus de publications dans ce format dans leur fil d’actualité.

Sur mes pages Facebook, sur des pages allant de  10 000 à 400 000 fans, j’ai observé en 2014 de bien meilleurs résultats sur les photos. Les liens vers de bonnes actualités reviennent en force comme annoncé. Un bon lien avec une photo uploadée sexy au lieu de la photo par défaut peut drainer du trafic. Enfin, je reteste les vidéos que j’avais abandonnées fin 2013.

EDIT Mars 2014 : il semblerait qu’après avoir bien souffert en 2013, les vidéos reviendraient à l’honneur et génèreraient un nombre important d’interaction.

Selon une étude Socialbakers sur près de 30 000 pages, en mars 2014, pour obtenir plus d’engagement sur Facebook, privilégiez :

1. Les photos
2. Les liens
3. Les albums photos
4. Les vidéos
5. Les statuts

Les offres et les sondages ne sont pas mentionnés dans l’étude.

meilleures publications facebook

Selon SocialBakers, pour obtenir plus de portée et toucher plus de personnes, choisir en priorité :

1. Les statuts
2. Les vidéos
3. Les photos
4. Les liens

baisse du reach

EDIT Janvier 2014 : Facebook vient d’annoncer que les statuts (texte seul) provenant des amis auront plus de place dans le News Feed. En revanche, les statuts provenant des pages fan vont eux se faire plus rares. Il faut donc s’attendre à une forte baisse du reach sur ces types de contenus.

EDIT Décembre 2013 : Facebook vient de mettre à jour son algorithme et donne une plus grande place aux contenus avec liens menant vers des actualités de “haute qualité” “notamment sur mobile” et compte au contraire donner moins d’importance aux “memes”, ces photos et vidéos virales qui récoltent beaucoup de likes. Le post de liens (avec sa photo automatiquement chargée par Facebook) vont donc revenir en force alors qu’ils étaient devenu le parent pauvre des publications Facebook.

Consultez l’article pour être au fait des toutes dernières évolutions de l’edgerank

Pour améliorer l’impact de vos publications Facebook, consultez notre article sur Comment contourner le edgerank

Si vous souhaitez être accompagné pour améliorer votre visibilité sur Facebook, réservez votre entretien de découverte.

extrait http://www.webmarketing-conseil.fr

Comment bien référencer une page Facebook sur Google ?

Comment bien référencer une page Facebook sur Google ?

Seulement, ces publications ne seront jamais diffusées à tous vos abonnés. Sur Facebook, depuis quelques années maintenant, seules les publications les plus intéressantes et pertinentes sont affichées sur le News Feed des utilisateurs.

Il ne suffit donc plus de poster pour être vu. Désormais chaque utilisateur dispose d’un réseau de 100 à 300 amis et est abonné à des 100aines de pages de marques. Le fil d’actualité est donc devenu un champs de bataille sur lequel vous devez vous positionner pour gagner votre place.

Seules les meilleures publications se retrouvent propulsées dans le fil d’actualité en suivant un algorithme appelé edgerank, lequel prend en compte des centaines d’indicateurs dont le buzz autour de votre publication (est-ce que la publication reçoit beaucoup de likes, de commentaires, de partages, de clics ?) et la proximité entre le fan et la page (est-ce qu’il interagit de manière régulière avec la page et ses publications ?).

Par ailleurs, les meilleures publications sont plus souvent partagées et permettent de gagner de la visibilité plus loin que le cercle de vos abonnés en passant de mur en mur.

Pour connaître tous les critères de l’edgerank
Pour contourner l’edgerank et mieux positionner vos publications

Facebook est clair : “Vous devez vous focaliser sur l’acquisition de fans pertinents vers votre page et donner à vos fans des raisons d’interagir de manière régulière avec vos contenus”. L’indice de pertinence de votre page (entre nombre de fan, taux d’engagement sur les publications et capacité virales de la page) a donc des répercussions sur votre référencement sur Facebook.

1. Donc pour être trouvé à travers le News Feed, donc apparaître sur le fil d’actualité des fans, Facebook préconise (attention c’est révolutionnaire) de créer du contenu pertinent et de haute qualité. Le News Feed privilégie en effet les publications avec un fort taux d’engagement.

2. Pour être sûr que vos posts incitent à interagir, trouvez des angles d’attaque incitant à commenter, étonnez, utilisez des texte courts et incisifs et des images de qualité avec une résonance émotionnelle (choquer, émouvoir, inspirer sont les leviers principaux pour générer de l’engagement) afin de donner envie de cliquer. Donc on évite le dernier communiqué de presse sous Pdf.

Consultez le tutoriel pour apprendre à mieux publier sur Facebook
Consultez le tutoriel pour gagner en viralité sur Facebook

Vos publications et vos contenus se retrouveront également dans les résultats du Graph Search (à nouveau mettez vous en Anglais US pour la dernière version du moteur de recherche de Facebook) :

moteur de recherche facebook

graph search

Vous pourrez trouver des relais de croissance grâce à la qualité de vos contenus :

visibilité facebook

4. Améliorer sa visibilité sur Facebook

A mesure que vous améliorez votre présence sur Facebook, exactement comme vous le feriez pour référencer votre site sur Google, faites le suivi de vos sources de trafic.

L’outil d’analyse statistique de Facebook – les Page Insights – permet de voir de manière précise :

– D’où vient le trafic sur votre page
– Où sont visualisées vos publications
– Quelles sont les publications qui génèrent le plus d’engagement
– Quelles publications plaisent sur votre page : photos, vidéos, texte ?

Ainsi que des statistiques chiffrées sur les visites de votre page, le trafic, le nombre d’impressions de vos publications. Autant d’éléments pour juger de l’impact de vos actions.

statistiques pages facebook

Optimisez vos posts au fur et à mesure que vous comprenez ce qui fonctionne et a du sens auprès de vos clients. C’est à cette condition que votre audience et le nombre de vos abonnés grimperont.

5. Comment être trouvé dans le moteur de recherche Facebook

Maintenant il s’agit de décrypter ce que nous dit Facebook. Par “être trouvé sur Facebook”, Facebook entend être vu sur ses 3 moteurs de recherche :

– Le News Feed en tant que “moteur de découverte de contenu”
– Le Graph Search, en tant que moteur de recherche social d’informations sur les personnes et les pages.
– Le Nearby moteur de recherche de proximité et Place, l’annuaire de Facebook, censés vous faire découvrir des lieux visités et notés par vos amis et Place Tips, pour les lieux d’intérêt à proximité.

La couche “sociale” est primordiale dans tous les résultats de recherche Facebook. Les résultats différeront d’un utilisateur à l’autre car la pertinence des informations en fonction de vos amis impacte le classement.

Ainsi, une page pertinente sur le terme “jeu vidéo” pour un utilisateur sera en 2e position si une page française est “likée” par 2 ou 3 de vos amis proches. Même impact sur les informations géolocalisées qui doivent être pertinentes “pour vous” et non “globalement pertinentes”.

Conclusion : il vous faut réunir une masse critique de fans et obtenir des bons taux d’interaction pour être bien positionné. Par conséquent :

1. Pour être vu sur le “News Feed” : se concentrer sur la qualité des publication, leur fréquence et le taux d’engagement

2. Pour être vu sur le “Graph Search” : donner du contenu à indexer à Facebook. Outre les publications du mur, il s’agit d’entrer mécaniquement dans chaque case toutes les informations pouvant vous permettre de remonter dans les résultats sur des mots-clés pertinents pour vous.

Tout cela rappelle beaucoup le début des stratégies de référencement sur les moteurs de recherche. Il suffisait alors truffer de mots-clé votre site pour être positionné. Facebook search optimization (FSO) ? Graph search optimization (GSO) ? Si Facebook venait à perdurer et devenait un vrai carrefour de recherche et de découverte de contenus, sans doute assisterons-nous à de nouvelles disciplines parallèles au SEO traditionnel.

3. Pour être visible sur le “Nearby”, sur “Places” et dans “Place Tips” : profitez de tous les outils mis en place par Facebook pour géolocaliser vos données : lieu de votre commerce, check-ins. Amenez les internautes à partager leur avis, leurs notes, leurs photos et leurs commentaires sur votre marque et vos magasins. Incitez vos clients à produire et partager du contenu autour de votre marque. Publiez régulièrement des posts sur votre page et animez votre business avec des évènements réguliers.

Vous avez maintenant toutes les clés pour être trouvé sur Facebook. Et si vous souhaitez savoir comment ne PAS être trouvé sur Facebook, voici un article pour sécuriser votre compte.

6. Le référencement payant sur Facebook

Nous allions l’oublier : comme le programme Google Adwords, qui permet d’être référencé sur Google en payant (et ainsi éviter tout le travail sur la qualité qui permet à un site ou un blog d’être référencé de manière naturelle pour apparaître dans les résultats de recherche), vous pouvez gagner votre place dans le News Feed des utilisateurs de Facebook en passant par les Facebook Ads

objectifs de vos publicités facebook

7. Le référencement local payant sur Facebook

Facebook teste en ce moment des annonces locales pour promouvoir votre magasin ou restaurant sur le mobile des utilisateurs de Facebook lorsqu’ils entrent dans le rayon de votre commerce.

Ce qui signifie que vous pourrez bientôt envoyer des publicités pour votre nouvelle pizza ou votre nouvelle ligne de vêtements uniquement aux personnes passant près de votre magasin.

annonce locale

extrait http://www.webmarketing-conseil.fr/comment-etre-trouve-sur-facebook/

Comment optimiser le référencement de sa Page Facebook dans Google

Referencement-Google-Page-Facebook.png

Quand on souhaite augmenter les visites de sa page Facebook, on pense souvent aux publications de sa page et potentiellement à faire de la publicité sur son contenu ou sa page. Même s’il est évident que proposer du contenu de qualité régulièrement est la meilleure manière d’obtenir plus de fans, il ne faut pas négliger plusieurs actions toutes simple qui amélioreront et optimiseront le référencement de votre page Facebook.

Une infographie simple et efficace réalisée par HigherVisibility nous rappelle les actions à effectuer pour optimiser son référencement sur Facebook. Je voue propose de voir ensemble chacune de ces astuces :

1. Créer un “Vanity URL” pour votre page Facebook

Au royaume du référencement l’URL est reine ! Quand vous créez une page Facebook, celle ci ne possède pas d’URL dédiée avec un nom, mais simplement une série de chiffres. Vous avez la possibilité de customiser votre URL à partir de 25 fans sur votre page Facebook. Vous pouvez ensuite aller dans À Propos, et modifier le nom de compte. Cela s’appelle communément le “vanity URL”.

2. Choisir un nom de page simple et efficace

On voit malheureusement trop de page avec un titre à rallonge. Cela comporte le double effet négatif de limiter les possibilités pour d’autres utilisateurs de tagger la page sur une publication (car le titre est trop long), et de décourager les personnes visitant votre page pour la première fois et désirant comprendre qui vous êtes.

3. Indiquez clairement qui vous êtes et vos activité dans votre description

Autre élément important pour comprendre qui vous êtes, la description de votre page Facebook est un élément à ne pas négliger ! D’un point de vue référencement, cela sera également le début de ce texte qui apparaitra dans les résultats de recherche de Google et donnera envie aux utilisateurs de cliquer (ou non) sur votre lien.

Les éléments d’une page Facebook n’ayant pas d’influence sur le référencement

Dans l’algorithme de Google, plusieurs éléments d’une page Facebook ne sont pas pris en compte dans le classement des résultats. C’est le cas pour le nombre de likes ou l’engagement de la page. Evidemment cela est positif pour vous d’avoir un grand nombre de likes, mais cela n’aura simplement pas d’effet direct sur le positionnement de votre page dans Google.

e-commerce-facebok-optimization

extrait http://www.pme-web.com/